Republier
Mali

Mali: manifestation à Bamako en soutien à l’armée malienne

Le Premier ministre Moussa Mara passe en revue les troupes de l'armée malienne à Kidal, le 17 mai 2014.
© AFP PHOTO / FABIEN OFFNER

Au Mali, Kidal est toujours entre les mains des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et de leurs alliés. L’armée malienne avait lancé l’attaque sur Kidal, le mercredi 21 mai, mais ce sont les groupes rebelles qui ont pris le dessus et qui contrôlent aujourd’hui la ville. Ils ont même pénétré dans d’autres villes du nord du Mali. Ce jeudi 22 mai, une manifestation a eu lieu à Bamako. Cette dernière est allée jusqu’au bureau du Premier ministre Moussa Mara, pour l’acclamer. Une manifestation en forme de mobilisation patriotique après la prise de Kidal.

La manifestation a rassemblé plusieurs centaines de personnes, peut-être un millier.
Après la défaite de l’armée malienne, chassée en quelques heures de Kidal, tous sont venus apporter leur soutien aux soldats, comme par exemple ces femmes, au micro de RFI.

« Nous sommes là pour accompagner l’armée du Mali. Nous voulons que notre pays soit libéré. Notre pays est un et indivisible. Il ne sera jamais divisé. Tant que les femmes du Mali seront là, nous serons derrière notre armée pour libérer Kidal ».

Parmi les slogans, beaucoup de « à bas Serval, à bas la France, à bas la Minusma ». Les manifestants reprochent aux forces internationales de ne pas être intervenues dans les combats. « Ils ont été indifférents. S’ils nous avaient appuyés, à Kidal, le problème serait fini. Maintenant, ils sont là. Ils n’ont qu’à nous aider à nous débarrasser de ces gens là. Sinon, ils sont là pourquoi, alors ? Qu’ils nous le disent ! », s’insurgent ces manifestants.

D’autres ont ajouté : « Nous voulons que Serval arrête de continuer à soutenir le MNLA sur le territoire malien. Ce que nous disons à la France c’est qu’elle arrête de faire ce double jeu. C’est soutenir le MNLA. Qu’elle arrête ce double jeu et qu’elle vienne voir l’Etat malien et qu’elle discute avec l’Etat malien au lieu de soutenir une rébellion, comme ça. C’est honteux ; c’est scandaleux ».

Le Premier ministre Moussa Mara - qui s’est exprimé devant la foule - a demandé à tous les Maliens de rester mobilisés et a demandé « d’éviter les amalgames » vis-à-vis des populations touaregs et arabes ainsi que vis-à-vis également de la Minusma et de la France.

Partis de la Bourse du Travail, les manifestants ont marché jusqu'à la Primature. C'est là que le Premier ministre, Moussa Mara, est apparu et s'est adressé à la foule.

Ce qui est en train de se passer est éminemment politique. C’est par la tête que l’on résout. Ce n’est pas par les muscles. L’option principale des autorités maliennes est toujours le dialogue.
Moussa Mara
22-05-2014 - Par David Baché

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.