Republier
Mali

Mali: le MNLA tient Kidal et poursuit son avancée

Soldats du MNLA à Kidal le 4 février 2013.
© REUTERS/Cheick Diouara

La situation dans le nord du Mali est bouleversée. Mercredi, à Kidal, l'armée malienne qui a lancé une offensive dans la matinée a été sévèrement battue par les groupes du Nord. Ce jeudi, la ville est sous le contrôle de ces mouvements. Le MNLA affirme par ailleurs tenir les villes de Ménaka, Andéramboukane et Anéfis, des pertes qui n'ont pas encore été reconnues officiellement par Bamako.

La situation dans le nord du Mali sera l'objet de l'émission Décryptage, de Nathalie Amar, ce jeudi à 17h10 (TU).

Kidal a retrouvé son calme, ce jeudi. « La nuit a été bonne, on s'est un peu reposé », raconte un habitant encore choqué par les rudes combats de mercredi. « Il y a du monde dans les rues, les gens circulent en pagaille, décrit un commerçant qui ajoute que des camions de denrées sont arrivés d'Algérie, c'est signe que ça va mieux ». Dans les quartiers sud de la ville, au niveau du Camp 1, tombé aux mains du MNLA, et de l'ancien fort, la population est venue récupérer ce qu'elle peut. « Des jeunes ramassent des nattes, des matelas, des gamelles », décrit un habitant qui a parcouru Kidal en moto : « J'ai vu de mes propres yeux six cadavres de soldats maliens, mais je pense que le bilan est beaucoup plus grave ».

→ A (RE)LIRE : Chassé de Kidal, le gouvernement malien décrète un cessez-le-feu 

Pour l’instant, 24 heures après la fin des combats, la Minusma gère l’urgence. Pour la force onusienne, la priorité, c'est la prise en charge des blessés, en majorité des soldats maliens. Il y a actuellement 23 cas graves, c'est-à-dire qui nécessitent des actes chirurgicaux, au camp 2, camp de la force onusienne. Deux hélicoptères des Nations unies se sont posés à Kidal vers 15 heures heure locale, les évacuations vers Gao ont alors débuté. Une source à la Minusma indique que les 145 soldats maliens réfugiés depuis mercredi au camp 2 seront évacués. La logistique est en tout cas un réel problème, la piste de Kidal, détériorée ces derniers jours, ne permet pas aux avions d'atterir.

Au niveau des prisonniers, les groupes affirment avoir arrêté 40 personnes, des soldats et des gendarmes, dont 28 seraient aux mains du HCUA (Haut Conseil pour l'unité de l'Azawad), et 12 détenus par le MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad). Le CICR, qui a prévu de leurs rendre visite ce jeudi soir ou vendredi, indique que la coopération avec les mouvemnents ne pose aucun problème.

Le bilan des morts suite aux combats de mercredi est par contre très difficile à établir, un responsable du MNLA parle de 40 soldats maliens tués mais ajoute que c'est un chiffre provisoire. La Minusma a visiblement accepté de récupérer les corps mais les opérations n'ont pas encore débuté. « C'est vraiment un problème », indique un membre de la force onusienne à Kidal, « il fait très chaud, les corps se décompossent déjà mais il y a des urgences avec les blessés, le cas des morts est très complexe ». A Bamako, le ministre de la Défense, Soumeylou Boubèye Maïga, a indiqué que le bilan des affrontements n'était pas encore disponible.

Avancée militaire du MNLA

Après le contrôle de Kidal, le MNLA annonçait une reprise en main de plusieurs autres villes du nord du pays. Dès mercredi, le MNLA annonçait avoir repris la ville de Ménaka au nord-est du Mali. Selon des habitants joints ce jeudi matin, la ville est calme, les groupes armés ne sont pas visibles et les militaires maliens ont passé la nuit au camp militaire sous la protection des soldats nigériens de la Minusma. A Ménaka un groupe de Ganda Izo, une milice sédentaire, a été désarmé mercredi et un de leurs éléments a été tué. Enfin, les locaux de deux ONG auraient été détruits, nous expliquent des témoins.

Plus à l'Est, vers le Niger, à Andérambukane, les militaires maliens ont abandonné leurs positions pour se replier sur la frontière. A Anéfis, là encore l'armée malienne s'est effacée et s'est repliée sur Gao. A Aguelhok, les militaires maliens ont trouvé refuge auprès de la Minusma. Enfin à l'Ouest, dans la région de Tombouctou, des troupes des groupes armés ont été repérées non loin de Léré et de Goundam.

Le MNLA affirme qu'il ne veut pas la guerre, mais que cette avancée militaire signe un nouveau rapport de force en vue des futures négociations. « La déroute de l'armée malienne à Kidal a changé la donne », commente un porte-parole du mouvement.


■ Réaction à Bamako

Une manifestation réunissant plusieurs centaines de personnes, issues du monde syndical et de la société civile, a eu lieu ce jeudi matin à Bamako. Partis de la Bourse du travail, les manifestants qui entendaient apporter leur soutien aux forces armées nationales ont marché jusqu'à la Primature où le Premier ministre, Moussa Mara est apparu.

Moussa Mara est sorti de son bureau muni d’un haut-parleur, la foule s'est aussitôt mise à chanter l'hymne national, après quoi le Premier ministre a pris la parole. Il a demandé à la foule de rester mobilisée derrière les autorités. Pour lui, ce qui se joue actuellement à Kidal est « éminemment politique ». Il demande aussi de rester mobilisé derrière l’armée malienne, tout en rappelant, dans la même phrase, que l’option privilégiée est le dialogue.

Moussa Mara a enfin exhorté la foule à éviter les amalgames : « Ce dont nous avons besoin à Bamako, c’est que les populations restent mobilisées, mais qu’elles ne fassent pas d’amalgame. Pas d’amalgame vis-à-vis de nos compatriotes tamacheks, arabes et autres et vis-à-vis de la Minusma, de la France ou d’autres forces ici ».

Un discours d’apaisement donc, devant une foule il faut le dire très remontée : « A bas la France, à bas la Minusma », des slogans qui sont devenus assez récurrents ces derniers jours. Les manifestants témoignent leur soutien à l’armée malienne et surtout ils reprochent aux forces internationales de ne pas être intervenues à Kidal, de ne pas avoir combattu aux côtés de l’armée malienne. Pour les manifestants, les rebelles du MNLA et les islamistes d’Aqmi, c’est la même chose. Raison pour laquelle ils dénoncent un « double jeu » des forces internationales.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.