Republier
Afrique du Sud

Afrique du Sud: les surprises du nouveau gouvernement

Le président sud-africain Jacob Zuma délivre son discours au stade Peter-Mokaba à Polokwane, le 1er mai 2014.
© AFP PHOTO/GIANLUIGI GUERCIA

En Afrique du sud, des voix se sont fait entendre, ce lundi 26 mai, au lendemain de l’annonce d’un nouveau gouvernement. Le président Jacob Zuma, réélu le 21 mai, a dévoilé un cabinet très similaire au précédent, avec quatorze ministres qui gardent leur poste et, en revanche, avec quelques surprises.

La plus grosse surprise reste la punition de plusieurs ministres qui étaient chargés de gérer un scandale autour de la résidence privée du président Zuma. Le ministre de la Police, celui de la Sécurité et celui des Affaires Intérieures ont ainsi été relégués à la Culture, aux Sciences et Technologies et aux Télécoms.

Ces fidèles du président - qui se sont acharnés pendant des mois à le protéger du scandale - sont toujours présents, mais punis pour avoir failli à gérer correctement la crise.

Un nouveau ministère de l’Information a d’ailleurs été créé pour contenir les informations sensibles concernant la présidence. Surnommé, par l’opposition, le ministère de la propagande, il devra, entre autres, redorer l’image du président Jacob Zuma.

Pour les deux principaux partis d’opposition - l’Alliance démocratique et les Combattants pour la Liberté Economique – il n’y a pas de vrai changement. Selon eux, le gouvernement est surdimensionné pour remercier ceux qui ont été loyaux envers le chef de l’Etat. Ces derniers donnent comme exemple celui du président du Syndicat national des Mines devenu ministre de l’Agriculture, ainsi remercié du soutien de son syndicat.

L’Alliance Démocratique s’inquiète, quant à elle, davantage du départ du ministre des Finances, Pravin Gordhan, qui avait la confiance des investisseurs étrangers.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.