RDC : Brazzaville défend son opération d'expulsions

Un bateau du Congo ramenant en RDC des Congolais expulsés ou qui ont fui craignant une expulsion violente.
© RFI/Habibou Bangré

Depuis le début du mois d'avril, ce sont 130 000 ressortissants de la RDC qui ont été expulsés du Congo-Brazzaville. Soit de force après le lancement d'une grande opération de police, soit volontairement par crainte de violences. Le chef de la mission de l'ONU en RDC a dénoncé ces exactions.  Mais Bienvenu Okiemy, le ministre de la Communication du Congo Brazzaville, dément.

Le chef de la mission de l'ONU en RDC, Monusco, a demandé la fin immédiate de ces expulsions. Selon Martin Kobler, certains expulsés auraient subi de mauvais traitements ou des violences sexuelles. Mais pour le ministre de la Communication du Congo-Brazzaville, Bienvenu Okiemy, les expulsés qui dénoncent de mauvais traitements font de faux témoignages :

Une personne, à qui on a demandé de rentrer chez elle, devait forcément faire un témoignage contre la RDC. Cela ne m’étonne pas. Mais si on regarde les faits, et rien que les faits, il n’y a pas eu atteinte aux droits de l’homme. Non, jamais, jamais!.
Bienvenu Okiemy
28-05-2014 - Par Sonia Rolley

Et toujours selon le ministre de la Communication du Congo-Brazzaville, cette opération d'expulsion était justifiée et s'est faite dans le respect des droits de l'homme :

L’opération avait pour objectif d’apporter une réponse à une certaine insécurité grandissante à Brazzaville (…) La police a arrêté des Congolais de Kinshasa. On avait deux possibilités, soit les traduire en justice, soit leur demander de rentrer dans leur pays. C’est cette dernière solution qui a été retenue. Et, il n’y a pas d’enquête à mener, puisqu’il n’y a pas eu d’atteinte aux droits de l’homme.
Bienvenu Okiemy
28-05-2014 - Par Sonia Rolley

Le ministre congolais de la Communication reconnaît que 17 policiers ont été radiés pour ne pas avoir répondu aux standards d'éthique. Et selon Bienvenu Okiemy, cela prouve que les forces de sécurité sont capables de se contrôler et de faire appliquer la loi.