Republier
Tunisie

Tunisie: le domicile du ministre de l’Intérieur attaqué

Lotfi Ben Jeddou, ministre tunisien de l'Intérieur, en conférence de presse à Tunis le 4 février 2014.
© REUTERS/Zoubeir Souissi

En Tunisie, quatre policiers ont été tués la nuit dernière à Kasserine, au centre-ouest du pays. Ils ont trouvé la mort au cours de l’attaque du domicile privé du ministre de l’Intérieur Lotfi Ben Jeddou.

Une attaque qui rappelle aux Tunisiens que les violences jihadistes ne sont pas terminées. Les assaillants sont descendus sur le domicile privé du ministre de l'Intérieur à Kasserine peu avant minuit, à bord d'un pick-up, et l’opération menée par plus d’une dizaine d’individus cagoulés a été d’une rare rapidité, selon Mohamed Ali Aroui, porte-parole du ministère de l’Intérieur, qui a confirmé le bilan de 4 morts et 2 blessés légers parmi les policiers qui gardaient la résidence.

Le porte-parole a confirmé que la famille du ministre se trouvait sur place, sa femme, ses enfants et deux de ses frères, mais aucun n'a été blessé. Le frère du ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, a confié que la famille de Ben Jeddou avait déjà reçu des menaces. Selon le porte-parole du ministère, les auteurs de l’attaque sont descendus de la montagne de Chaambi, à moins de 2km de Kasserine. Il pense qu'ils seraient ensuite probablement revenus dans leurs cachettes. Une version qui laisse sceptiques les experts militaires qui estiment qu'ils ont dû se cacher en ville, pour ne pas risquer d'être attrapés dans les montagnes environnantes, encerclées par les unités de l'armée.

A (RE)LIRE : Tunisie: l'armée traque des jihadistes retranchés sur le mont Chaambi

Les régions montagneuses de Kasserine, à la frontière algérienne, sont continuellement ratissées par les unités de l’armée déployées sur la zone où se cachent des jihadistes. L'armée y pourchasse depuis décembre 2012 le groupe Ansar al-Charia accusé de liens avec al-Qaïda qui n'a toujours pas été neutralisé malgré des bombardements aériens et des opérations au sol. La présidence de la République a décrété ce mercredi jour de deuil national.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.