En Tunisie, Mohammed VI veut relancer l'Union du Maghreb arabe

Le roi Mohammed VI a été reçu par le Premier ministre tunisien Mehdi Jomaa, à Tunis, le 31 mai 2014.
© REUTERS/Stringer

Le roi du Maroc Mohamed VI est en visite officielle à Tunis depuis vendredi. Une visite de trois jours, sa première depuis la révolution tunisienne. Il s'est entretenu avec le président Moncef Marzouki, le chef du gouvernement Mehdi Jomaa, ainsi que les chefs des groupes de l'Assemblée, où il a prononcé un discours samedi après-midi. Le souverain a insité sur la nécessité de relancer l'Union du Maghreb arabe. Un groupement de cinq pays (Algérie, Libye, Mauritanie, Maroc, tunisie) qui peine à exister depuis sa fondation en 1989.

« Les pays de la région doivent avoir la volonté de donner corps à l'union du Maghreb arabe », a déclaré Mohammed VI. Cette union doit s'appuyer, selon lui, sur les relations bilatérales fortes entre les pays de la région. Le Maroc fait tout en ce sens, assure-t-il. Le but à terme : faciliter la circulation de biens, de capitaux, de services et de personnes. Mais aussi lutter contre le terrorisme.

Des préoccupations partagées par Mustapha Ben Jaafar, le président de l'Assemblée constituante tunisienne, aux vues des bouleversemenst régionaux, notamment en Libye voisine.

Pour lui, c'est le renforcement économique permettra de combattre le terrorisme. Il appelle à la tenue d'un sommet de l'union du Maghreb arabe en octobre. Aucune allusion aux différents qui freinent cette union, comme le désaccord entre Maroc et Algérie, sur la question du Sahara occidental.

Cette visite a été également marquée par la présence de 90 hommes d'affaires marocains aux côtés de Mohammed VI et un pas concret : la signature d'une vingtaine d'accords dans les secteurs publics et privés. Accords dans les domaines de la sécurité, des finances de l'énergie ou encore du tourisme.