Côte d’Ivoire: les portes d’Odienné restent closes pour le FPI

Le chef du FPI, Pascal Affi N’Guessan, en août 2013.
© AFP PHOTO/SIA KAMBOU

En Côte d’Ivoire, Pascal Affi N'Guessan, le patron du Front populaire ivoirien (FPI), verra-t-il Simone Gbagbo ? Rien n'est encore certain. Hier, la mairie d'Odienné, la ville du Nord où l'ex-Première dame est en résidence surveillée, prenait un arrêté pour interdire à la délégation du Front populaire ivoirien d'entrer dans la ville. Pascal Affi N'Guessan avait pourtant obtenu le feu vert du gouvernement pour se rendre à Odienné. Le patron du FPI est actuellement en tournée de sensibilisation dans le nord du pays.

La mairie d’Odienné a pris hier jeudi 5 juin un arrêté pour interdire à la délégation du FPI d’entrer dans la ville ce vendredi, au motif que les Odiennekas étaient contre la présence de Pascal Affi N'Guessan.

Selon une source au sein du FPI, le président du parti fondé par Laurent Gbagbo a demandé dans la soirée au ministre de l’Intérieur et de la sécurité s’il approuvait l’arrêté municipal. Hamed Bakayoko a confirmé l’interdiction en disant à Pascal Affi N’Guessan que des groupes de jeunes d’Odienné avaient proféré des menaces et que les autorités ne pouvaient pas assurer la sécurité de la délégation du FPI. Un argument qui ne tient pas, selon un membre de cette délégation qui souligne que le pouvoir a pourtant très bien assuré la sécurité de la tournée qui a commencé lundi dans le Bafing.

Quatrième échec

C’est la quatrième fois depuis la mise en liberté provisoire de Pascal Affi N'Guessan en août 2013 qu’il renonce à se rendre dans une commune à la suite des menaces proférées par une partie de la population. Ce qui fait dire à l’ancien Premier ministre que, malgré ce qu’affirme le pouvoir, l’autorité de l’Etat n’est pas encore rétablie sur tout le territoire.