Republier
Comores Mayotte

Comores: le business morbide des «kwassa-kwassas»

Un «kwassa-kwassa», la barque traditionnelle utilisée par les migrants pour se rendre sur l'île voisine de Mayotte.
© AFP/Alexander Joe

Depuis la mise en place du visa Balladur en 1993, il faut un visa délivré par la France pour se rendre à Mayotte des Comores. Pour aller voir des proches, se faire soigner, la majorité des Comoriens tentent donc la traversée en bateau, à bord des fameux kwassa-kwassas. De petites embarcations, instables, qui chavirent dès que les conditions de mer sont mauvaises. Illégales, ces traversées sont un véritable bussness.

De 500 à 1 000 euros, c’est le prix du passage en ce moment pour traverser vers Mayotte. Sur les bateaux de 7 mètres de long, dix, vingt, parfois trente personnes. Les sommes en jeu sont donc importantes, jusqu’à 10 000 euros. En haut de l’échelle de ce trafic morbide, il y a les commandants, les propriétaires des bateaux qui, eux, ne prennent pas la mer, comme ce pêcheur :

« Moi je suis le chef, j'ai une vedette, explique un de ces propriétaires. Je vais le prendre, lui [le passeur, ndlr], pour aller à Mayotte ».  « Si je ne reviens pas, c’est foutu », commente de son côté le passeur.

S’il ne revient pas à Anjouan, le passeur, embauché par le propriétaire pour piloter le bateau ne touchera pas d’argent. Son salaire dépend aussi du nombre de passagers : de 3 400 euros à plus de 1 500 euros lorsque les barques sont remplies. Et lorsqu’il y a des morts en mer, les familles critiquent rarement les commandants.

« On critique, explique un Comorien, mais ce n'est pas le commandant qui a demandé. C'est toi qui a demandé au commandant d'aller à Mayotte. C'est toi-même qui est responsable de ton âme ». 

Mais les autorités françaises ont renforcé le dispositif de contrôle : radars au large de Mayotte, bateaux de plus en plus performants. Avec une conséquence directe : le prix du passage augmente et les risques pris sont multipliés, notamment avec les navigations de nuit.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.