Republier
Justice Tunisie

Justice: lancement d'une instance Vérité et Dignité en Tunisie

Le ministre de la Justice, Noureddine Bhiri, à l'Assemblée constituante.
© REUTERS/Zoubeir Souissi

La justice transitionnelle bientôt mise en œuvre en Tunisie grâce au lancement ce lundi de l'Instance Vérité et Dignité. Elle sera présentée au cours d'une conférence internationale au ministère des Droits de l'homme jusqu'à mercredi. Elle est censée traiter des crimes des deux précédents régimes Bourguiba et Ben Ali, et dédommager les victimes. Mais elle est déjà contestée avant même le début de ses travaux. La Coordination nationale de la justice transitionnelle prévoit d'ailleurs un sit-in devant le ministère ce lundi.

La Coordination de la justice transitionnelle se plaint de ne pas avoir été associée jusqu'au bout au processus, d'avoir servi de « vitrine ». Elle dénonce des nominations partisanes au sein de l'Instance Vérité et Dignité sans toutefois citer nommément aucun de ses membres. Des membres qui sont pourtant tenus de n'appartenir à aucun parti et de ne pas avoir pris part aux précédents gouvernements ou assemblées.

Son fonctionnement est aussi mis en cause. Comment cette instance pourra-t-elle traiter des crimes des 60 dernières années alors que sa mission ne durera que 4 à 5 ans et que son équipe est réduite à 15 membres ? D'autant plus qu'elle est chargée d'enquêter et de traiter non seulement des atteintes aux droits de l'homme mais aussi des crimes économiques. Elle devra pour cela identifier les victimes et mettre en place des réparations. Un vaste chantier.  Des associations soulignent encore l'absence de mécanisme de contrôle de ses travaux.

Ses membres se réuniront dans dix jours pour se répartir la tâche. Parmi eux, Khaled Krichi s'engage à œuvrer pour la réconciliation nationale. Une réconciliation qui, promet-il, ne consacrera pas l'impunité, mais renforcera les droits des victimes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.