Republier
Afrique du Sud

Afrique du sud: vers un accord entre Amcu et les compagnies minières

Joseph Mathunjwa (C) président du syndicat AMCU qui encadre la grève des mineurs du platine à Nkaneng, township proche du site minier de Rustenburg (Lomin) en mai 2014.
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

En Afrique du Sud, on se dirige peut-être vers un accord entre les compagnies minières Impala, Amplats, Lonmin et le syndicat Amcu. Près de 80 000 mineurs sont en grève en Afrique du Sud depuis le mois de janvier à l’appel de ce syndicat indépendant, qui réclame depuis le début un salaire de base de 880 euros net (12 500 rands), le double du tarif actuel. Après des mois de négociations infructueuses, les deux parties annoncent aujourd’hui avoir trouvé « un accord de principe » qui pourrait être rapidement validé.

La grève la plus longue et la plus coûteuse qu’ait connu l’Afrique du Sud pourrait bientôt toucher à sa fin. Les compagnies minières ont annoncé dans un communiqué qu’elles avaient trouvé un accord de principe avec le syndicat indépendant Amcu.

Toute la journée d’hier, jeudi 12 juin, le syndicat Amcu a mené des consultations auprès des mineurs en grève afin de recueillir leur avis sur l’accord de principe trouvé avec le patronat. Le président du syndicat a déclaré que l’industrie minière ne serait plus jamais la même après cette grève. « Cela signifie que lorsque vous retournerez au travail, vous aurez un nouveau salaire de base », a-t-il promis.

Selon la presse sud-africaine, l’accord de principe prévoit 70 euros d’augmentation mensuelle par an, pendant trois ans, pour les mineurs de base. Mais le détail de la nouvelle échelle de rémunération n’a pas encore été révélé.

L'économie sud-africaine affectée par la grève des mineurs

Les mineurs ont demandé à leurs dirigeants syndicaux d’accepter l’offre. La situation des 80 000 mineurs et de leurs familles, en grève depuis le 23 janvier, est en effet difficile, mais ils posent leurs conditions en exigeant notamment la réintégration de nombreux travailleurs licenciés le mois dernier. Les compagnies minières attendent un retour du syndicat ce vendredi même pour savoir si les mineurs acceptent de mettre fin à plus de quatre mois de grève. Si un accord est signé, ils pourraient reprendre le travail début juillet.

Ce mouvement social affecte durement l’économie nationale. Pour la première fois depuis cinq ans, la croissance sud-africaine a enregistré un recul pour le premier trimestre 2014. Une conséquence directe de cette grève très dure.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.