Le commissaire de l'UE au Développement à Madagascar

Andris Piebalgs, le Commissaire européen chargé du Développement.
©

A Madagascar, le commissaire européen au Développement Andris Piebalgs a achevé hier une visite de trois jours. C’est la première visite d’un commissaire européen sur la Grande Ile depuis 2007. Une visite symboliquement importante.

Andris Piebalgs a rencontré le président Rajaonarimampianina, le Premier ministre, des acteurs de la société civile et du secteur privé. Il y a trois semaines, Bruxelles avait officiellement décidé la reprise de la coopération et la normalisation des relations avec les autorités. La visite du commissaire Andris Piebalgs vient confirmer cette reprise complète de la coopération avec Madagascar. Plus de 450 millions d’euros seront débloqués dans les mois à venir.

Les secteurs prioritaires

« Notre but, c’est que le Programme indicatif national soit prêt pour le mois d’octobre. Ca dépend aussi du travail du gouvernement, mais je pense que nous sommes dans les délais», a affirmé l'illustre visiteur.  Parmi les secteurs prioritaires, la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption.

Pour l’instant, aucune réforme n’a encore été votée au Parlement, mais le commissaire européen se dit confiant sur la volonté des autorités malgaches de lutter contre la corruption. « Il faut prendre en compte le fait que le gouvernement n’est en place que depuis deux mois, et puis il y a aussi la logique du pays, a-t-il déclaré . Ce n'est pas de mon ressort de fixer le timing, de dire quand ça va venir… »

Le commissaire européen a profité de ce voyage pour visiter différents projets financés par l’Union européenne, notamment les travaux de réparation de la route nationale 8 dans l’ouest du pays. Si les contacts directs avec le gouvernement étaient suspendus ces cinq dernières années, l’Union européenne a continué de financer des projets d’urgence. 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.