Maroc: la campagne de régularisation des sans-papiers mal engagée

Une file d'attente de migrants devant le gouvernorat de Rabat, au Maroc, le 2 janvier dernier.
© REUTERS/Stringer

Au Maroc, l'association de défense des migrants, le Gadem, a dévoilé les chiffres de l’opération de régularisation des étrangers en séjour irrégulier entamée début 2014. Des chiffres qu’elle juge inquiétants.

Le 1er janvier 2014, le Maroc a lancé une campagne pour régulariser les migrants clandestins présents dans le pays. Mais alors que l'opération doit prendre fin le 31 décembre 2014, la lenteur des procédures et la proportion très faible de migrants qui voient leurs demandes de permis de séjour refusées révèlent un échec à venir. Seuls 7,4 % des 15 500 demandes ont pour l'instant été acceptés par les 84 commissions mises en place dans tout le pays, soit 1 150 demandes en six mois.

Selon Hicham Rachidi, directeur du Gadem, ces chiffres lèvent le voile sur une campagne très mal engagée et remettent en question les critères établis pour l'octroi du droit de séjour.

Ces critères ont introduit aussi des contraintes qui n'existent pas dans la loi. Par exemple, les conjoints de Marocains ou de Marocaines doivent être automatiquement régularisés, conformément à la loi. Les critères ont introduit au moins deux années de vie commune.
Hicham Rachidi
15-06-2014 - Par Mélissa Chemam