Republier
RCA

RCA: changement de chef à la tête de Sangaris

Les habitants de la commune de Bouar, à l'extrême ouest de la Centrafrique, accueille les militaires français de la force Sangaris venus du Cameroun limitrophe, le 7 décembre 2013.
© AFP PHOTO / FRED DUFOUR

En Centrafrique, la force militaire française Sangaris change de patron. Le général Francisco Soriano est remplacé à compter de ce mardi 17 juin par le général Eric Bellot des Minières. Ce légionnaire aura notamment pour mission d'appuyer le déploiement de l'opération onusienne de maintien de la paix dans le pays.

« Ici, Soriano, ça veut dire j’appelle la sécurité », plaisantait il y a quelques jours une haute personnalité de la transition. Six mois après son arrivée en Centrafrique à la tête de la force française Sangaris, le général Francisco Soriano repart donc à Libreville prendre le commandement des forces françaises au Gabon.

Arrivés au beau milieu de la bataille de Bangui entre anti-balakas et Seleka, les 2 000 militaires français avaient alors été accueillis en sauveurs. En six mois, le général Soriano aura déployé ses troupes en appui de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite de l'Union africaine, la Misca, un peu partout dans le pays et rouvert la route du Cameroun, principale voie d’approvisionnement.

Nouvelle étape avant la mise en place de la Minusca

Globalement, la force française aura probablement contribué à empêcher des massacres à grande échelle, voire un génocide. Pour autant, la situation reste explosive : les armes pullulent, le banditisme s’envole et les groupes armés sont toujours très puissants.

Après 200 jours de présence en Centrafrique, les soldats français suscitent aujourd’hui la déception, voire l’hostilité d’une grande partie de la population. L’opération, initialement de courte durée, s’installe sur du long terme. Le nouveau commandant de la force, le général Bellot des Minières devra notamment appuyer le déploiement progressif des casques bleus dans le pays à partir de septembre (Minusca).

Quant au retrait des soldats français, il n’interviendra qu’après, c'est-à-dire pas avant la fin de l’année 2014.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.