Sénégal: un rappeur dénonce le racket policier et risque la prison

Fou Malade et ses acolytes de Bat'Haillons Blin-D.
© Youkoungkoung Prod.

Lors d’une cérémonie sur la mobilisation contre les drogues jeudi dernier, le 19 juin, dans la banlieue de Dakar, Fou Malade, l’un des rappeurs du groupe Y'en a marre, a dit tout haut devant le ministre de l’Intérieur et devant la directrice générale de la police ce que tout le monde pense tout bas. Et ses propos l’ont conduit tout droit en détention où il risque six mois de prison ferme pour avoir dénoncé le phénomène du racket au sein de la police.

Avec notre correspondante à Dakar, Carine Frenk

« Avez-vous dit tant qu’on n’aura pas enlevé de la police le racket ? », demande le procureur au début de l’audience du rappeur. « Oui, mais cela n’a jamais été mon intention de blesser qui que ce soit », répond alors Fou Malade à la barre. « C’est outrageant pour les policiers », rétorque le procureur qui demande six mois de prison ferme.

Ces propos ne relèvent pourtant que de la liberté d’expression, s’indignent à leur tour les avocats de la défense qui demandent la relaxe. « C’est totalement disproportionné. Il n’y a pas besoin de le placer sous mandat de dépôt. Sa liberté ne menaçait aucunement l’ordre public. Je pense que ce n’est pas gratuit. Le fait que le parquet requiert six mois fermes contre Malal Talla parce que Malal Talla est un symbole. A travers lui et son mouvement Y'en a marre, on veut peut-être envoyer un message fort pour intimider les citoyens », déclare Me Mame Adama Guèye.

Et c’est choquant pour Fadel Barro, le coordonnateur du groupe Y'a en marre : « Ce qui me choque le plus, c’est aujourd’hui le 23 juin [Mouvement du 23 juin]. Ce n’est pas un jour ordinaire pour nous les démocrates de ce pays. Même l’intention est choquante. Le fait de vouloir emprisonner quelqu’un qui n’a fait que tenir des propos, mais des propos qui, sommes toutes participent à construire notre démocratie, à faire construire notre police, parce qu’au fond, il y a un problème dans la police et il faut le reconnaître. Ce n’est pas en cassant le thermomètre qu’on soigne le malade. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on ne peut pas arrêter la dynamique du peuple sénégalais à aller de l’avant ».

Fou Malade sera fixé sur son sort ce mardi. Le jugement a été mis en délibéré.