Cameroun: les avocats de Lydienne Yen Eyoum réclament l'aide de l'ONU

L'avocate franco-camerounaise détenue dans une prison camerounaise depuis janvier 2010.
© DR

Au Cameroun, Me Lydienne Yen Eyoum, accusée de détournements de fonds publics, est en prison depuis quatre ans et demi, alors que le code pénal prévoit une détention provisoire maximale de 18 mois. Les avocats de cette Française, qui estiment que toute la procédure est illégale, ont donc décidé de changer de méthode en interpellant les Nations unies, précisément le groupe de travail sur la détention arbitraire - groupe qui a déjà établi un rapport sur la détention de Michel Thierry Atangana.

« Lydienne avait peur », explique l'un de ses proches. Et c'est pour cette raison que cette procédure n'est lancée qu'aujourd'hui. Ses avovats, comme l'ont fait ceux du Français Michel Thierry Atangana l'an dernier, demandent donc au groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire et aux rapporteurs spéciaux sur la torture et l'indépendance des juges d'enquêter sur les conditions d'incarcération et sur le procès en cours de Lydienne Yen Eyoum. « Ce sont des instances onusiennes qui vont être amenées à statuer dans les mois qui viennent sur la question de savoir si Lydienne Yen Eyoum subit, oui ou non, une détention arbitraire et si elle est victime de traitements inhumains et dégradants », explique Me Caroline Wasserman.

Avocate de profession, Lydienne Yen Eyoum pourra également compter sur le soutien du Syndicat des avocats de France. Ce dernier a envoyé Me Maxime Cessieux au Cameroun, mi-juin, pour établir un rapport sur la situation de sa consœur. Procès inéquitable, détention provisoire illégale, le code pénal camerounais prévoit 18 mois au maximum. Lidyenne Yen Eyoum est pourtant en prison depuis quatre ans et demi. Les critiques sont multiples. Maxime Cessieux a pu rendre visite à l'avocate française à la prison de Kondengui : « Pas d'eau courante, des gens qui meurent tous les jours à l'infirmerie, mouroir de la prison, des quartiers de détenus majeurs, mineurs, hommes, femmes, malades mentaux... on est dans l'horreur absolue. »

S'ils dénoncent la procédure au Cameroun, les avocats de Lydienne Yen Eyoum, qui ont porté plainte en France pour détention arbitraire, s'inquiètent également de l'inaction des deux juges français qui instruisent ce dossier sensible depuis mars 2013.

→ À (RE)LIRE :A l'Elysée, Michel Atangana rappelle le sort de Lydienne Yen Eyoum

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.