Un mois entier d'inondations meurtrières en Côte d’Ivoire - Afrique - RFI

 

  1. 01:33 TU Tous les cinémas du monde
  2. 02:00 TU Journal
  3. 02:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  4. 02:30 TU Journal
  5. 02:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  6. 03:00 TU Journal
  7. 03:10 TU Sessions d'information
  8. 03:30 TU Sessions d'information
  9. 04:00 TU Journal
  10. 04:15 TU Sessions d'information
  11. 04:30 TU Journal
  12. 04:33 TU Sessions d'information
  13. 04:40 TU LA DANSE DES MOTS 2
  14. 05:00 TU Journal
  15. 05:15 TU Sessions d'information
  16. 05:30 TU Journal
  17. 05:34 TU Sessions d'information
  18. 05:40 TU Grand reportage
  19. 06:00 TU Journal
  20. 06:15 TU Sessions d'information
  21. 06:30 TU Journal
  22. 06:40 TU Sessions d'information
  23. 07:00 TU Journal
  24. 07:15 TU Sessions d'information
  25. 07:30 TU Journal
  1. 01:33 TU L'épopée des musiques noires
  2. 02:00 TU Journal
  3. 02:10 TU Si loin si proche
  4. 02:30 TU Journal
  5. 02:33 TU Si loin si proche
  6. 03:00 TU Journal
  7. 03:10 TU Sessions d'information
  8. 03:30 TU Sessions d'information
  9. 04:00 TU Journal
  10. 04:15 TU Sessions d'information
  11. 04:30 TU Sessions d'information
  12. 05:00 TU Journal
  13. 05:15 TU Sessions d'information
  14. 05:30 TU Sessions d'information
  15. 06:00 TU Journal
  16. 06:15 TU Sessions d'information
  17. 06:30 TU Journal
  18. 06:43 TU Sessions d'information
  19. 07:00 TU Journal
  20. 07:15 TU Sessions d'information
  21. 07:30 TU Sessions d'information
  22. 08:00 TU Journal
  23. 08:10 TU Le débat africain
  24. 08:30 TU Journal
  25. 08:40 TU Le débat africain
fermer

Afrique

Côte d'Ivoire Eau Catastrophes naturelles

Un mois entier d'inondations meurtrières en Côte d’Ivoire

media Une rue inondée d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, le 29 juin 2014. REUTERS/Luc Gnago

En Côte d’Ivoire, ce mois de juin a été marqué par des intempéries meurtrières après de fortes pluies tombées presque tous les jours. Les inondations ont fait au moins 23 morts rien que pour Abidjan, et les dégâts n’ont pas encore été évalués. La saison des pluies n’est pas terminée.

La commune d’Attécoubé a été l’une des plus touchées de la capitale économique par ces inondations. Les zones les plus vulnérables restent les quartiers précaires, où des gens construisent sur des sites au-dessus de ravins, sans aucune mesure de prévention contre les glissements de terrain.

Dans le quartier de Mossikro, Ismaël Adam Cissé, un habitant, se dit inquiet : « Avec tout ce qui s’est passé là, on n’est pas tranquilles. Quand on se lève le matin, on se demande comment sera encore la journée. Est-ce qu’il y aura encore une maison qui se sera écroulée sur des gens, encore ? »

A Mossikro, quatre personnes sont mortes à la mi-juin après un glissement de terrain ayant détruit trois maisons, raconte Séverin : « Ca s’est passé aux environs de 4h du matin. On nous a réveillés, on a couru, et secouru les gens, mais c’était déjà trop tard, il y avait vraiment de la boue partout. On a fait ce qu’on pouvait, et on a sorti les corps. »

Effondrement d’un immeuble de Cocody

Ce quartier pauvre de Mossokro est traversé par des égouts à ciel ouvert pour évacuer les eaux de ruissellement. Mais ces derniers sont-ils encore suffisants lorsqu’il pleut à torrents ? Pour Adama Sawadogo, la réponse ne fait aucun doute : « Je dirai non, parce que quand on a fait ces égouts, la population n’était pas aussi importante que maintenant. Donc, les nouvelles constructions ont été faites quasiment là où l’eau doit passer. Maintenant, l’eau coule dans les quartiers. Donc, souvent, les maisons sont inondées, on est obligés d’évacuer les familles, c’est la détresse. »

Les quartiers précaires n’ont pas été les seuls à être touchés par les intempéries en ce mois de juin. Au moins un immeuble s’est effondré le week-end dernier dans la commune huppée de Cocody, à Angré.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.