RDC: les ADF-Nalu sur la liste noire de l’ONU

La Monusco et les forces armées congolaises se déplacent en convoi avec des véhicules lourdement armes pour éviter toute attaque surprise des rebelles ougandais ADF-Nalu.
© RFI/LL.Westerhoff

Le Conseil de sécurité a inscrit les rebelles ougandais de l’ADF sur la liste noire de l’ONU. Une décision qui fait suite à une offensive des forces de l’ONU et des forces congolaises contre ce groupe armé islamiste actif dans l’est dans la RDC.

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

L’ADF, alias l’Armée nationale de libération de l’Ouganda, vient rejoindre une longue liste de groupes armés sanctionnés par l’ONU dans l’est de la RDC. Ce groupe islamiste est ancien, mais mal connu. Une mission d’experts de l’ONU l’an dernier a conclu que l’ADF n’a plus de véritable agenda politique. Ses quelque 1 200 combattants encore actifs se contentent de rançonner, piller et terroriser les populations du Nord-Kivu. Le Conseil de sécurité lui reproche notamment les enlèvements d’enfants pour en faire des enfants soldats.

Priorité de l’ONU

Les sanctions de l’ONU, à savoir le gel des avoirs financiers, l’interdiction de voyager, n’auront pas forcément d’effet décisif sur des hommes de toute façon cantonnés dans les Kivus. Mais cela indique qu’après le M23 et les FDLR, l’ADF est maintenant une cible pour l’ONU et sa brigade d’intervention de casques bleus dans le cadre de sa campagne d’éradication des groupes armés en RDC.