Mahammed Dionne, nouveau Premier ministre du Sénégal

Le nouveau Premier ministre sénégalais, Mahammed Dionne
© http://www.gouv.sn

C'est un technocrate qui a été nommé Premier ministre, dimanche 6 juillet, par le président Macky Sall en remplacement d’Aminata Touré. Mahammed Dionne, 54 ans, était ministre auprès du président Macky Sall, chargé du suivi de l’exécution du Plan Sénégal émergent.

Avec notre correspondante à Dakar, Carine Frenk

Il est le fidèle d’entre les fidèles. Ingénieur en informatique de formation, diplomate de carrière, Mahammed Dionne a été le directeur de cabinet de Macky Sall quand celui-ci était Premier ministre, puis président de l’Assemblée nationale. Il est ensuite parti à l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), où il a notamment dirigé le département Afrique. Le président Macky Sall l’a fait revenir à Dakar il y a quelques mois pour lui confier le suivi du tout nouveau Plan Sénégal émergent, qui est un peu le Plan Marshall pour faire décoller l’économie sénégalaise.

Mahammed Dionne est donc choisi pour sa maitrise des questions économiques, sa rigueur et sa proximité avec le chef de l’Etat. « Ces deux hommes, quand ils croisent leurs regards, ils se comprennent », explique l’un des proches du nouveau Premier ministre. Une personnalité très différente d’Aminata Touré, limogée vendredi après sa défaite électorale aux élections locales du 29 juin. « Ce n’est pas un homme de fer, précise ce proche, il sait se montrer diplomate, conciliateur, mais c’est un homme de décision. » (→ À (RE)LIRE : Aminata Touré: dix mois à la primature du Sénégal avant d’être limogée)

Un non-événement, pour le PDS

Selon Amadou Sall, le membre du comité directeur du PDS, la formation de l'ancien président Abdoulaye Wade, cette nomination est un non-événement, la preuve avant tout de la fébrilité du pouvoir. « C’est le troisième Premier ministre nommé en deux ans, dans des conditions particulières, s'insurge-t-il. On a changé trois fois de ministre de l’Agriculture, deux fois celui des Finances, trois fois le ministre de l’Intérieur […], cela signifie quelque part que nous sommes dans une énorme impasse ».

Pour celui qui fut ministre lors du gouvernement précédent, le président Macky Sall « ne sait pas où il va, ce qui est inquiétant, pour une économie qui ne marche pas, pour un pays menacé à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières, par des islamistes qui sont un peu partout dans la sous-région. »


■ Première déclaration du nouveau chef du gouvernement

« Le chef de l’Etat m’a donné et a donné au gouvernement une feuille de route qui peut se décliner en deux mots : « au travail ». « Au travail » pour que sa vision d’un Sénégal émergent, dans la solidarité et l’Etat de droit soit une réalité. « Au travail » pour que sa grande ambition où le développement d’un secteur aussi important que l’agriculture puisse être matérialisé au plus tôt et à bonne date. « Au travail » pour que l’ambition que le chef de l’Etat porte pour notre jeunesse puisse se traduire en création d’emplois par le secteur privé national et international. « Au travail » pour soutenir toutes les capacités productives. « Au travail » pour que la paix règne dans ce pays, dans la sécurité et l’Etat de droit ».


■ Ce qu'attendent les Dakarois du nouveau Premier ministre

« Le cap est très bien fixé, à travers le Plan Sénégal émergent. » Déclaration du président Macky Sall, ce lundi, lors de la cérémonie mensuelle de la levée des couleurs nationales. Les 33 ministres nommés dimanche « vont ensemble continuer les efforts fournis depuis 2012 » et « réorienter » ce qui a été fait par les membres du précédent gouvernement, a-t-il ajouté. Ci-dessous, quelques réactions recueillies dans les rues de la capitale sénégalaise.

«Il doit se mettre au boulot. On espère bien que ça va aller»
07-07-2014 - Par Carine Frenk