Niger: la ruée vers l’or d’Agadez

Vue sur la ville d'Agadez.
© Getty Images/Lonely Planet Images/Aldo Pavan

Découverte d’or dans le nord du Niger. La nouvelle a commencé à se répandre dans le pays depuis le mois d’avril 2014. La zone aurifère est à plus de 700 km au nord d’Agadez : sur le plateau du Djado. Depuis quelques mois, c’est donc une vraie ruée vers l’or à laquelle on assiste.

Selon nos sources, la zone s’étendrait sur presque 200 kilomètres carrés, jusqu’aux confins des frontières algérienne et libyenne. Elle est pour le moins inhospitalière.

Mohamed Hassan, ressortissant de Djado et chargé des missions à la Primature, y a été plusieurs fois : « Au début, il y a eu des manques et notamment un manque de nourriture. Après les commerçants ont commencé à amener des produits. Maintenant, il y a de l’eau et de la nourriture ».

Avant la découverte de l’or, le plateau du Djado ne comptait qu’à peine quelques centaines d’habitants. Aujourd’hui, on n’y trouve pas moins de 8 000 chercheurs d’or venus de tous les pays.

Jusqu’à 20 grammes d’or par jour

Les migrants qui vont en Europe y font aussi escale : « Il y a effectivement même des migrants. Au lieu d’aller en Libye, ils vont aller sur le terrain travailler, trouver un peu d’or », confirme Mohamed Hassan.

Quant à la recherche d’or, elle se fait par petits groupes, même si les quantités recueillies par jour sont impressionnantes, comme en témoigne Mohamed Hassan : « Au tout début, on pouvait trouver de trois à cinq, dix, voire même vingt grammes par jour. Maintenant, ce n’est plus vraiment pareil et les gens commencent à creuser pour aller chercher plus en profondeur ».

La commune de Djado prélève des taxes sur cette activité et envisagerait même la construction d’un forage d’eau sur le site.