Côte d’Ivoire: nomination d’une partie des membres de la nouvelle CEI

Dans un bureau de vote d'Abidjan, le 11 décembre 2011, un assesseur attend les électeurs.
© REUTERS/Luc Gnago

Vers la mise en place de la nouvelle Commission électorale indépendante (CEI) en Côte d’Ivoire. Le gouvernement a rendu public, le mercredi 9 juillet, les noms de 15 des 17 membres qui composeront la commission centrale de la CEI. Les deux derniers doivent être désignés par l’Alliance des forces démocratiques, une coalition d’une douzaine de partis de l’opposition.

Le Front populaire ivoirien (FPI) et les formations membres de l’Alliance des forces démocratiques maintiennent le suspens quant à leur participation dans la nouvelle Commission électorale indépendante. L’ex-parti au pouvoir a été très critique lors de l’adoption de la loi sur la réforme de la CEI. Il la juge notamment déséquilibrée.

Mais devant cette inconnue, pourquoi le Conseil des ministres a-t-il déjà entériné les 15 noms, avant de savoir si l’Alliance des forces démocratiques désignera ou non ses deux représentants ? « Le gouvernement veut montrer sa détermination à avancer, selon Bruno Koné, son porte-parole. Le chef de l’Etat souhaite que les élections présidentielles aient lieu en octobre 2015. Et pour cela, il y a un rétro planning qui est établi et qui fait que nous ne pouvons pas, sur certains chapitres, prendre trop de retard. Et malheureusement, c’est l’un des chapitres sur lesquels, si nous n’y prenons garde, nous allons commencer à prendre du retard ».

Le pouvoir laisse encore quelques jours au FPI et aux autres partis de l’Alliance des forces démocratiques pour désigner leurs deux représentants, selon, les précisions du porte-parole du gouvernement ivoirien. Une patience qui sera de courte durée. A moins d’un an et demi de l’élection présidentielle, les membres de la Commission centrale de la CEI doivent prêter serment d’ici quelques semaines devant le Conseil constitutionnel, avant de se mettre au travail.