Republier
Mali

Mali: Algérie et Burkina Faso unissent leurs forces dans la crise malienne

Contrôle de police dans le centre-ville de Bamako au Mali, le 9 juin 2014.
© AFP PHOTO/ISSOUF SANOGO

La phase initiale du dialogue inclusif inter-malien est prévue pour le 16 juillet prochain à Alger. L’annonce a été faite par le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, à l’issue d’une rencontre avec le médiateur de la Cédéao, le président burkinabé Blaise Compaoré.

Le dialogue inclusif inter-malien entre dans « sa phase opérationnelle » à partir du 16 juillet prochain à Alger, selon le chef de la diplomatie algérienne à l’issue de son entretien avec le président burkinabé Blaise Compaoré, médiateur de la Cédéao. Seront présents à ce rendez-vous, le gouvernement malien, les mouvements politico-militaires du nord du Mali, et les ministres des pays impliqués dans le processus de paix au Mali.

Ramtane Lamamra a déclaré que son pays et le Burkina Faso sont sur la même longueur d’onde en ce qui concerne les principes et les contours de la recherche d’une solution à la crise malienne :

« Nous allons mettre ensemble, conjuguer nos efforts, notre rôle étant de huiler la mécanique puisqu’il s’agira de permettre aux Maliens eux-mêmes de se parler directement et d’envisager les solutions les plus à même de les aider à régler les causes de cette situation et de se projeter en tant que nation unie. »

« Bâtir sur des acquis »

Les négociations se feront autour de la plate-forme commune de mouvements politico-militaires et sur une base cumulative de tous les accords et résolutions qui ont jusque-là permis la mise en place de certaines institutions au Mali de l’avis de Ramtane Lamamra :

« Incontestablement l’accord de Ouagadougou du 18 juin a déjà commencé à être appliqué, donc il s’agit d’un prolongement naturel. Il s’agit de bâtir sur des acquis, de se laisser guider par les mêmes principes et je crois qu’il y a absolument sur tout cela un consensus de toutes les parties. »

Quant à la phase pratique des discussions, il y aura « un groupe de médiation et des facilitateurs », selon le chef de la diplomatie algérienne.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.