Republier
RDC

RDC: dans l’affaire Chebeya-Bazana, les condamnés vus à Lubumbashi

Floribert Chebaya, militant des droits de l'homme en RDC, assassiné en 2010.
© journalchretien.net

Quatre ans depuis que Floribert Chebeya et Bazana deux activistes de la RDC ont été assassinés dans les locaux de la direction nationale de la police à Kinshasa. Deux principaux accusés condamnés à mort par contumace qui avaient disparu de la circulation seraient réapparus au Katanga.

Condamnés à mort par contumace dans l’affaire Chebeya, Christian Ngoy Kenga Kenga et Jacques Mugabo s’étaient soustraits de la circulation. Au moment où l’on parle de relancer le procès à partir du Sénégal, les deux compères sont signalés à Lubumbashi. Ils y séjourneraient depuis plusieurs jours sans être inquiétés.

Christian Ngoy et Jacques Mugabo auraient même tenté en pleine journée le week-end dernier, d’enlever Dadi Boumba Mayalale, l’épouse du troisième condamné à mort par contumace, Paul Mwilambwe, qui cherche de lui-même à éclairer la justice sur le double assassinat en juin 2010 de Chebeya-Bazana.

Pour l’ONG la Voix des Sans-Voix, la libre circulation de ces deux criminels en territoire congolais confirme que l’élimination de Chebeya et Bazana est un crime d’Etat.

Complicité?

Réponse de Lambert Mendé, le porte-parole du gouvernement :

« Nous disons que finalement nous ne comprenons pas très bien ce que les mots veulent dire ou que la tentation de discréditer notre Etat est trop forte chez certains. Même là où les services de police sont les mieux organisés, vous avez des cas où des criminels qui sont en fuite se trouvent dans l’Etat et qui ne sont arrêtés que dans cinq, dix, vingt ans, parfois même jamais. »

De quelles complicités auraient bénéficié Christian Ngoy et Jacques Mugabo ? La réponse à cette question devrait permettre de comprendre le reste.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.