Les Nations unies évacuent une partie de leur personnel de Libye

Les Nations unies ont annoncé l'évacuation d'une partie de leur personnel à la suite d'affrontements entre milices rivales dans le quartier de Regata, à l'ouest de Tripoli, en Libye, le 6 juillet 2014.
© AFP PHOTO/MAHMUD TURKIA

La mission d'appui des Nations unies en Libye, la MANUL, a annoncé jeudi l’évacuation temporaire d’une cinquantaine de ses employés étrangers. L'évacuation intervient quelques jours après de violents affrontements à proximité du camp de la mission.

Ce n’est pas à cause de menaces directes que la mission de l’ONU en Libye évacue une partie de son personnel étranger, mais pour des « raisons de sécurité générales ». Au sein de la mission onusienne, c’est en ces termes que l’on qualifie l’évacuation temporaire du personnel non essentiel.

Une centaine d’expatriés était présente dans la mission ; il ne devrait désormais en rester qu’une quarantaine. En conséquence, certains départements voient leurs effectifs se réduire à quatre ou cinq personnes.

Violents affrontements

Dans la semaine, de violents affrontements entre deux milices ont eu lieu à proximité du camp de la mission, situé à l’ouest de Tripoli. Des débris de missiles et de cartouches tirés lors des combats ont atterri dans le camp sécurisé, sans faire de blessés.

Combien de temps durera cette évacuation ? Certains parlent de quatre semaines, mais l’annonce du porte-parole de la mission reste floue : les personnes évacuées pourront revenir « quand les conditions de sécurité le permettront ». En Libye, la situation sécuritaire ne cesse de se dégrader et les missions diplomatiques ou celles d’organisations internationales sont régulièrement attaquées.