Nigeria: Malala Yousafzai rencontre les familles de lycéennes enlevées

La jeune Pakistanaise Malala Yousafzai, qui milite pour l'éducation dans le monde, pendant une réunion avec les responsables de la campagne «Bring Back Our Girls». Abuja, le 13 juillet 2014.
© REUTERS/Afolabi Sotunde

Il y a trois mois, jour pour jour, plus de 200 jeunes filles étaient enlevées par Boko Haram au nord-est du Nigeria et l’on est toujours sans aucune nouvelle d’elles. Alors que l'angoisse de l'attente étreint les familles, Malala Yousafzai est venue à leur rencontre ce lundi 14 juillet. Malala Yousafzai, c'est cette jeune Pakistanaise qui a survécu à une blessure par balle à la tête infligée par les talibans dans son pays. Elle est devenue depuis militante pour les droits des jeunes filles à l’éducation.

« Nous sommes venus exprimer notre solidarité avec vous, nous sommes avec vous, nous nous impliquons dans votre campagne, Bring Back Our Girls, [ « Rendez-nous nos filles » ] pour que nos filles reviennent, car je vois ces filles comme des sœurs, elles sont mes sœurs ». Malala Yousafzai a fêté ainsi ses 17 ans, non chez elle au Pakistan mais au Nigeria.

Depuis samedi, elle rencontre des familles de Chibok dont les filles ont été enlevées il y a exactement trois mois. La rencontre, filmée et diffusée sur de nombreuses télévisions, a été émouvante pour les parents des jeunes Nigérianes tout comme pour le père de Malala, qui l’accompagne. Beaucoup lui ont confirmé n’avoir aucune nouvelle de leur fille, et n’avoir vu aucun renfort de police et de l’armée à Chibok, une rencontre qui compte beaucoup pour Malala.

« Avant de venir, j’avais entendu l’histoire des filles kidnappées, c’était sur Twitter, c’était partout, raconte Malala Yousafzai, mais je ne savais pas vraiment ce que ressentaient les parents. En venant ici, en les rencontrant, je les ai tous vus pleurer, j’ai eu envie de pleurer, mon père a pleuré aussi. Mon principal espoir est que ma voix ait un impact et qu’elle parle au président pour qu’il agisse pour la libération des filles ».

Reçue par le président nigérian Goodluck Jonathan, Malala a souligné le lien entre le manque d’éducation et la violence politique. Selon elle, le président a promis que les 219 filles encore détenues par Boko Haram seraient bientôt « de retour », tout en reconnaissant que leur situation est trop compliquée pour organiser une opération militaire de libération. Malala, elle, a promis de ne pas oublier leur cause.

→ A (RE) LIRE : L'inquiétude des proches des lycéennes enlevées par Boko Haram

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.