Mali: un légionnaire français tué dans un attentat-suicide

Soldats français en patrouille au nord du Mali, le 21 mars 2013.
© REUTERS/Francois Rihouay

Un attentat suicide a visé les forces françaises ce 14 juillet, à Moustarat dans le nord dans le pays et a fait un mort. Cette attaque porte à 9 le nombre de soldats français tués au Mali depuis le début de l'opération Serval en janvier 2013. Six soldats ont été blessés dont deux évacués vers les hôpitaux militaires parisiens.

 Le groupe de soldats dont ce légionnaire de 45 ans faisait partie a été visé par une attaque suicide alors qu'il effectuait une mission de surveillance à une centaine de kilomètres de la base française de Gao. C'est une démonstration de force des jihadistes, le jour de la fête nationale française, et à 48 heures de la visite du président Hollande dans la région.

C'est la première fois qu'un soldat français trouve la mort dans un attentat-suicide au Mali. Jusqu’alors, c’était les soldats maliens et les forces tchadiennes, et la Minusma qui étaient confrontés à ce type d'attaque. Les jihadistes voulaient frapper fort, le jour de la fête nationale. L'information n'avait été rendue publique que ce mardi 15 juillet.

Cet attentat intervient au moment où la France lance l'opération Barkane dans la région pour lutter contre le terrorisme. François Hollande doit inaugurer à partir de jeudi le nouveau dispositif français dans la bande sahélienne, une zone d'opération de 3 000 kilomètres avec autant de sites militaires ou civils répartis sur 9 pays africains susceptibles d'être visés.

La France a déjà échappé à deux attaques ces derniers mois au Niger. Le 25 mai, c'est un restaurant fréquenté par des Français qui avait été visé par un attentat suicide à Djibouti.