Nigeria: arrestation de Mohammed Zakari, un commandant de Boko Haram

Combattants de la secte Boko Haram.
© AFP PHOTO/YOUTUBE

La police nigériane a annoncé, mardi 15 juillet, l’arrestation du « boucher en chef », de son vrai nom Mohammed Zakari, un commandant de Boko Haram. Une arrestation qu'elle juge cruciale. L'homme a été arrêté au cours d'une opération contre un des camps du groupe islamiste armé dans le Nord-Est. L'opération a eu lieu samedi, mais l'annonce officielle intervient alors que Human Rights Watch (HRW) publie un rapport. Un document qui fait état de l'explosion des actions de Boko Haram depuis 2014 et l'incapacité des autorités nigérianes à les juguler. 

Mohammed Zakari, 30 ans, a été arrêté lors d'une opération contre Boko Haram dans la forêt de Balmo, au cœur de l'Etat de Bauchi. Il a été trouvé « suite à un assaut majeur des forces de l'ordre » samedi dernier. La police l'accuse d'avoir participé à des massacres récents.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, George Obu, rapporte ces détails :  Mohammed Zakari a été arrêté vers 14h00 et serait susceptible de faire avancer les enquêtes de la police sur les actions récentes de Boko Haram et peut-être même sur l'enlèvement des jeunes filles de Chibok.

Selon la police nigériane, la forêt de Balmo est une des bases opérationnelles importantes du groupe extrémiste, de laquelle il mène ses attaques dans tout le nord-est du pays.

Une explosion des attaques

Depuis la mise en place de l'Etat d'urgence dans trois Etats du nord-est par l'armée, les actions de la secte se sont multipliées.

Selon l'ONG Human Rights Watch, 2 053 personnes sont mortes dans ses attaques depuis le début de l'année 2014, un chiffre alarmant, certains crimes sont d'ailleurs qualifiables de crimes contre l'humanité.

La réponse des autorités a, elle, engendré des exactions sur la population civile, par des éléments de l'armée, affirme HRW. Des accusations relayées par de nombreuses organisations de défense des droits de l'homme.

A (RE) ECOUTER : Nigeria : l’impuissance de l’Etat face à Boko Haram