ONU: Saïd Djinnit nouvel envoyé spécial pour les Grands Lacs

Saïd Djinnit, le nouvel envoyé spécial de l'ONU pour les Grands Lacs.
© AFP PHOTO / SEYLLOU

L'Algérien Saïd Djinnit est le nouvel envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour les Grands Lacs. Avant cette nomination, il occupait les mêmes fonctions en Afrique de l'Ouest. Saïd Djinnit remplace donc Mary Robinson, l'ancienne présidente d'Irelande, qui s'occupera désormais du changement climatique.

Saïd Djinnit vient tout juste d'avoir 60 ans, mais il a une longue carrière diplomatique derrière lui. Depuis 2008, c'est en tant que représentant spécial de l’ONU pour l'Afrique de l'Ouest que l'Algérien s'est illustré. S'impliquant notamment dans la résolution de la crise en Guinée ou du conflit frontalier entre le Cameroun et le Nigeria. Avant l'ONU, il a été à l'Union africaine le premier Commissaire pour la paix et la sécurité de l'organisation continentale, travaillant notamment à la manière dont elle pouvait prévenir les conflits.

Désarmement et élections au programme

Prévenir des conflits, c'est ce que Saïd Djinnit va devoir assurer dans ses nouvelles fonctions, parvenir à faire appliquer l'accord-cadre d’Addis-Abeba censé maintenir la paix dans l'est du Congo, encourager la mise en oeuvre des déclarations de Nairobi entre la rébellion du M23 et le gouvernement. L'essentiel des troupes rebelles vit toujours à l'extérieur des frontières du Congo, en Ouganda et au Rwanda.

Le diplomate algérien devra aussi - aux côtés des autres envoyés spéciaux de la communauté internationale - obtenir  le désarmement total des FDLR, les rebelles hutus rwandais d'ici la fin de l'année ou, en cas d'échec, des opérations militaires sans précédent.

Mais le plus grand défi sera sans doute d'assurer des processus électoraux pacifiques au Burundi et surtout au Rwanda et en RDC. Pays dans lesquels aux termes de leurs Constitutions respectives, les présidents Paul Kagame et Joseph Kabila ne peuvent se représenter.