RCA: la Misca enquête sur une bavure présumée à Boali

Le général Jean-Marie Michel Mokoko est le patron de force africaine.
© AFP PHOTO / IVAN LIEMAN

En Centrafrique, la Misca enquête sur une bavue présumée dans laquelle des soldats de la force africaine originaires du Congo-Brazzaville pourraient être impliqués. Cette enquête fait suite aux affirmations de l'Ong Human rights watch, selon laquelle des soldats de la Misca ont été impliqués, le 24 mars dernier, « dans la disparition forcée » de 11 civils dans la localité de Boali, à environ 80 km au nord-ouest de Bangui. Le chef de la Misca, le général Jean-Marie Michel Mokoko, a suspendu provisoirement le commandant de l'unité qui se trouvait dans la ville de Boali. Retour sur l'affaire. 

C'est début juin que Human Rights Watch alerte la hiérarchie de la Misca. Selon l'organisation de défense des droits de l'homme, le 24 mars dernier, une vingtaine d'hommes du contingent congolais de la force panafricaine chargés de la sécurité à Boali, font irruption dans la maison d'un chef milicien anti-balaka. Ils emmènent avec eux 11 personnes, 7 hommes et 4 femmes que personne n'a jamais revus. Selon Human Rights Watch, cet événement serait d'ailleurs survenu quelques jours après un accrochage avec une milice, au cours duquel un soldat congolais avait été tué.

Mesure conservatoire

Depuis qu'elle en a été alertée, la Force africaine enquête sur cette disparition. Et la Misca indique que le patron de la force, le général Mokoko, a « suspendu provisoirement » le commandant de l'unité congolaise en poste a Boali, au moment des faits et « relevé les 20 soldats incriminés».

« Il s'agit là d'une mesure conservatoire qui vise a faciliter la poursuite de l'enquête (...) et qui ne préjuge en rien des résultats de l'investigation en cours», précise la Misca. De son coté l'organisation Human Rights Watch est satisfaite de voir « un petit mouvement dans le bon sens », même tardif, et espère des investigations impartiales.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.