Niger: Hollande visite la base des drones français - Afrique - RFI

 

  1. 17:10 TU Sessions d'information
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU Orient hebdo
  5. 18:00 TU Journal
  6. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  7. 18:30 TU Journal
  8. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  9. 19:00 TU Journal
  10. 19:10 TU Musiques du monde
  11. 19:30 TU Journal
  12. 19:33 TU Musiques du monde
  13. 20:00 TU Journal
  14. 20:10 TU Musiques du monde
  15. 20:30 TU Journal
  16. 20:33 TU Musiques du monde
  17. 21:00 TU Journal
  18. 21:10 TU Si loin si proche
  19. 21:30 TU Journal
  20. 21:33 TU Si loin si proche
  21. 22:00 TU Journal
  22. 22:10 TU Archives d'Afrique
  23. 22:30 TU Journal
  24. 22:40 TU Archives d'Afrique
  25. 23:00 TU Journal
  1. 17:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  5. 20:00 TU Journal
  6. 20:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  7. 20:30 TU Journal
  8. 20:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  9. 21:00 TU Journal
  10. 21:10 TU Orient hebdo
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Le club RFI
  13. 22:00 TU Journal
  14. 22:10 TU Archives d'Afrique
  15. 22:30 TU Journal
  16. 22:40 TU Archives d'Afrique
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  19. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Défense Niger France

Niger: Hollande visite la base des drones français

media Un drone français sur la base nigérienne 101, le 18 juillet 2014. AFP PHOTO / ALAIN JOCARD

Un des temps fort du déplacement de François Hollande au Niger, vendredi, a été la visite du détachement Air de l’armée française. Situé sur la base nigérienne 101 de Niamey, c’est un lieu tenu secret. Et pour cause : c’est d’ici que s’envolent les drones français équipés pour faire du renseignement.

Au bout d’une longue route, une immense grille rouge. C’est là, l’entrée du détachement Air (DETAIR). A gauche, dans son bunker un soldat tient la garde. Tout autour, les protections permettent de conserver le lieu au secret. De grands sacs de sable endurcis sont empilés les uns sur les autres, des structures renforcées par des grillages et surplombées de barbelés. A l’entrée sur la droite, un immense hangar, aménagé vendredi pour accueillir François Hollande. D’habitude, l’endroit abrite les deux drones Reaper. Un de ces deux appareils était hier en exposition. Le troisième drone français, le Harfang, est lui caché en face, dans un autre hangar plus petit.

François Hollande a rappelé le soutien de la France sur les questions sécuritaires nigériennes : « Je suis venu ici au Niger, à Niamey, pour réaffirmer le soutien de la France au président Issoufou, soutien de la France à son développement [...], mais soutien de la France aussi pour la sécurité, la sécurité du Niger, la sécurité de l’Afrique de l’Ouest et la sécurité de la France. Parce que ce n’est pas détachable. Ce qui peut se produire au Niger peut atteindre notre propre sécurité, nos propres intérêts, notre propre population. »

Secret défense

D’une autonomie de vingt-quatre heures, ces appareils ne font que du renseignement. Les données qu’ils recueillent sont dans un premier temps analysées ici, avant d’être envoyées en France. Seule cette petite partie de la base, avec ses paraboles et ses algécos, nous est montrée. Pas possible de découvrir le cœur du réacteur, l’endroit où sont analysées les informations de l’année. Impossible également de voir les trois Mirages 2000 D présents sur le site.

Le détachement Air accueille à ce jour 265 militaires dont une quinzaine de femmes, signe que l’armée française a l’intention de s’implanter ici durablement. Trois bâtiments de vie destinés aux militaires sont en cours de construction. Ce détachement jouera un rôle stratégique dans l'opération Barkhane.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.