RDC: retour au calme après des tirs dans le camp militaire Tshatshi

Des soldats de la Garde républicaine à l'entrée du camp militaire Tshatshi, après l'attaque. Kinshasa, le 22 juillet 2014.
© AFP PHOTO / JUNIOR D. KANNAH

Le calme est revenu à Kinshasa après des tirs entendus au camp Tshatshi. Pendant une heure, la vie s'est arrêtée, mardi 22 juillet, à Kinshasa. Selon les autorités, un groupe armé a tenté d'entrer dans ce camp militaire. La Garde républicaine s'est déployée dans le quartier du palais présidentiel, dans le nord-ouest de la capitale. Les bérets rouges ont évacué l'aéroport international. Les assaillants, dont l'identité n'est pas encore connue, ont été maîtrisés, selon les autorités.

Des tirs ont été entendus en fin de matinée au camp militaire Tshatshi, à Kinshasa, où sont logés des militaires de la Garde républicaine. La panique a gagné la population environnante. Les habitants des alentours se sont enfermés dans les maisons, d'autres ont tout simplement quitté le quartier.

Joint au téléphone par RFI, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende a fait état d'une attaque échouée contre le camp Tshatshi par un groupe d'hommes. Les assaillants ont été maîtrisés, affirme le porte-parole, qui a ajouté que la justice militaire procède à leur identification. Certaines sources parlent d'hommes en civil munis d'armes blanches. La base avait déjà été le théâtre d'affrontements en décembre dernier.

On ne connaît donc pas encore précisément les motivations des assaillants, mais les coups de feu ont été nourris, comme le raconte ce témoin sous couvert d'anonymat.

C’était des coups de feu par intermittence, mais ça a duré au moins trente minutes. J’ai vu des gens courir dans tous les sens. […] A un moment donné, le quartier était pratiquement vide et même le marché. Les vendeurs ont tous vidé les lieux.
Un témoin des tirs
22-07-2014 - Par Mélissa Chemam