Ebola continue de tuer: un cas identifié au Nigeria

Le docteur Jide Idris, commissaire à la santé de l'Etat de Lagos, lors d'une conférence de presse sur le premier cas avéré d'Ebola au Nigeria, ce vendredi 25 juillet.
© REUTERS/Akintunde Akinleye

Après plus de 1 100 cas de fièvre hémorragique, dont 660 morts, en Guinée, en Sierra Leone, et au Liberia, un patient porteur du virus Ebola est mort ce vendredi au Nigeria, à Lagos. C’est le premier cas de fièvre hémorragique enregistré dans le pays, qui craint une éventuelle propagation de l'épidémie.

Un homme présentant des symptômes de fièvre Ebola a été admis dans un hôpital de la capitale économique nigériane, où il est décédé ce vendredi 25 juillet 2014. L’information tournait sur les réseaux sociaux depuis le milieu de la semaine. Elle a finalement été confirmée par les autorités sanitaires de l’état de Lagos. « En dépit des soins très professionnels délivrés à l’hôpital de Lagos - par exemple la thérapie de soutien intensif -, malheureusement le patient est décédé ce vendredi aux premières heures», a annoncé le ministre nigérian de la Santé, Onyebuchi Chukwu. « Les responsables du centre nigérian de contrôle des maladies ont procédé à une décontamination générale et ont isolé le corps du défunt selon les procédures et les protocoles standards requis par cette maladie », a-t-il précisé.

Le patient, âgé de 40 ans, était originaire de Monrovia, au Liberia. Il était arrivé à Lagos dimanche, via Lomé, au Togo. Souffrant de violents vomissements et de diarrhées, il avait été hospitalisé mardi et mis en quarantaine. Les analyses des échantillons de sang par un laboratoire de Lagos, ainsi que par celui de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Dakar, ont confirmé qu'il était porteur du virus Ebola.

« Tous les passagers du vol emprunté par le malade vont être examinés »

C’est le premier cas de fièvre hémorragique au Nigeria depuis l’apparition de l’épidémie en Afrique de l’Ouest, au mois de février. Le gouvernement de l’Etat de Lagos a mis en place un dispositif d’urgence pour tenter de retrouver ceux qui ont pu être en contact avec le défunt patient afin de prévenir tout risque d’infection dans la mégalopole. « Tous les passagers du vol emprunté par le malade ont été retrouvés, et ils vont être examinés », assure Onyebuchi Chukwu.

Lagos compte quelque 20 millions d’habitants, avec des quartiers de très fortes densités, et peu d’infrastructures médicales. Contenir une potentielle épidémie dans ce contexte serait beaucoup plus difficile qu’en milieu rural. L’OMS confirme par ailleurs que l’épidémie continue de sévir. En Guinée, où l'épidémie s'est déclarée, on compte 415 personnes touchées par la fièvre hémorragique, dont 314 en sont mortes. Au Liberia, sur les 224 cas enregistrés, 127 personnes ont été tuées par Ebola. C'est en Sierra Leone que l'épidémie a le plus tué jusqu'à maintenant : sur les 454 personnes touchées, 219 sont mortes.