Un Nigérien pour diriger la filiale minière d'Areva au Niger

L'entrée de la Somaïr à Arlit.
© RFI / Sonya Rolley

Areva a nommé, jeudi 31 juillet, le Nigérien Abdoulaye Issa à la tête de sa filiale Somaïr, première société d'exploitation d'uranium au Niger. Cette nomination est une première et elle répond à la demande de Niamey pour la « nigérisation » des cadres dirigeants des sociétés minières sur son sol. Portrait du nouveau directeur général de Somaïr.

C'est un « technicien maison », comme on le dit ici, qui a été nommé pour diriger la société des mines de l'Aïr, première société d'exploitation d'uranium au Niger. Cette nomination met fin à la polémique autour des postes de la direction des sociétés d'Areva et marque ainsi le début de l'application de la politique de « nigérisation » des hauts cadres.

Abdoulaye Issa dont la désignation a fait l'objet d'un consensus entre Areva et Niamey, a une longue expérience de l'industrie minière de l'uranium. C'est en 1991 que cet ingénieur en génie chimique a rejoint Somaïr où il a occupé plusieurs postes, dont celui du chef du département « Traitement minerais » et celui du directeur d'exploitation en 2005.

Directeur des projets d'usine au Canada

Au niveau international, l'ingénieur nigérien a aussi fait ses preuves : directeur de l'ingénierie, puis directeur des « Projets usine » au sein d'Areva au Canada. Depuis 2013, dit-on, il occupe la fonction du directeur de performance et de progrès continus pour l'ensemble des activités minières d'Areva. 

La nomination de cadres nigériens à la tête des sociétés minières, c'est l'une des exigences du gouvernement nigérien qui voudrait voir clair dans leur gestion. En attendant 2016 pour la nomination du second directeur nigérien à la Cominak, il revient à Abdoulaye Issa de prouver que les Nigériens peuvent bel et bien diriger les sociétés minières d'uranium.