Republier
Cameroun

Cameroun: l'attaque de Kolofata a traumatisé ses habitants

Des militaires camerounais de la force d'intervention anti-Boko Haram, le 17 juillet dernier, dans le nord du Cameroun.
© AFP PHOTO / REINNIER KAZE

Situation toujours tendue à Kolofata après l'attaque surprise et massive de Boko Haram contre cette localité du nord du Cameroun, à quelques kilomètres du Nigeria où le mouvement terroriste est actif. L'assaut de dimanche 27 juillet a fait 17 morts selon une source hospitalière - un bilan revu légèrement à la hausse. Une vingtaine d'otages, dont la femme du vice-Premier ministre, sont toujours recherchés. Le pouvoir a envoyé des renforts mais la population n'est toujours pas sereine.

Plusieurs centaines d'assaillants qui tirent sur tout le monde, attaquent à l'arme automatique et au lance-roquettes, abattent, égorgent et brûlent vifs des habitants : l'attaque de Boko Haram a traumatisé la petite ville de Kolofata. Face à un assaut d'une violence et d'une ampleur inédites dans cette région, des centaines de personnes ont décidé de fuir la localité, comme l'explique cet habitant : « Dans des villages lointains, on entend certains coups de feu, certains au Nigeria. Certaines personnes partent dans d’autres villes pour être mieux en sécurité. Elles ont été traumatisées. Je crois que ça sera pour de bon, ce sera [partir] une fois pour ne plus revenir. Avant on entendait des coups de feu dans des villages voisins. Mais maintenant, c’est chez nous, c’est compliqué. »

« On est tantôt appelés à partir, tantôt appelés à rester »

L'hôpital fonctionne avec un service réduit et une campagne de vaccination a été reportée à la mi-août. L'armée, dont l'impuissance a été critiquée, a déployé d'importants moyens. Mais pour ceux qui sont restés, la sérénité n'est pas revenue : « Il y a des forces de l’ordre un peu partout dans le village, la nuit comme le jour. Ils ont interdit à tout le monde d’arrêter la circulation. Et à partir de 18 heures, les motos, les voitures ne doivent pas circuler. Chacun chez soi. Nous on a la tête qui balance comme on dit souvent, on est tantôt appelés à partir, tantôt appelés à rester. »

La peur est donc encore palpable à Kolofata où des rumeurs d'une autre attaque à venir de Boko Haram circulent dans la ville et poussent encore plus de gens à partir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.