Republier
Mali

Mali: un adjoint au maire enlevé puis relâché

Une patrouille de l'armée malienne à Kidal, à l'été 2013.
© AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

C'est une histoire qui illustre les fortes tensions à Kidal. Mardi, en fin de matinée, un élu a été enlevé en ville par des hommes armés... avant d'être relâche en toute fin de journée.

Premier adjoint au maire, Abda Ag Kazina, n'était plus à Kidal depuis les combats fin mai entre l'armée malienne et les mouvements MNLA et HCUA. L'élu est rentré lundi midi par un vol de la Minusma.

Pro-gouvernement, Ag Kazina a peut-être froissé les groupes armés en prenant clairement position contre toute idée d'indépendance ou de fédéralisme du nord du Mali.

Enlevé en ville, non loin du CICR, Ag Kazina a été emmené en dehors de Kidal. Des membres du HCUA ont pris le véhicule en chasse et obtenu en fin d'après midi sa libération.

De retour chez lui, l'adjoint était soulagé mais fatigué. « Ca va, assure-t-il. Maintenant, je suis rentré à la maison, je suis libéré, donc ca va. Beaucoup de gens se sont investis pour ma libération. Je les remercie tous, ceux qui ont oeuvré de prêt ou de loin pour ma libération. Rien ne vaut la paix. J'appelle tout le monde à aller vers la paix. »

A son retour à Kidal, Abda Ag Kazina a été interrogé par des membres de la coordination sécuritaire, qui réunit des éléments des différents mouvements armés. Abda Ag Kazina n'a pas souhaité donner d'informations sur ces ravisseurs. « Ce n'est pas le moment », a-t-il indiqué.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.