Ebola: la Côte d’Ivoire prend des mesures préventives

De la viande de brousse vendue en bord de route à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire. La chasse au gibier de brousse a été interdite, pour éviter la propagation du virus Ebola.
© REUTERS/Thierry Gouegnon

L’épidémie d’Ebola qui s'étend en Afrique de l'Ouest a, jusqu'à présent, épargné la Côte d'Ivoire, pourtant frontalière de la Guinée et du Liberia. Dès l'apparition des premiers cas, les autorités ivoiriennes ont surveillé la frontière, interdit la vente et la consommation de viande de brousse et diffusé des messages de sensibilisation. Mais l'inquiétude commence à monter.

Si les préfets ivoiriens ont interdit les marchés forains qui drainaient de larges populations, il leur est impossible de contrôler les traversées clandestines de la dense forêt et du fleuve qui séparent la Côte d'Ivoire du Liberia. Dans ces villages perdus dans la brousse – sans eau, ni électricité, donc sans accès aux médias - des comités de vigilance sont mis en place pour sensibiliser les habitants. Malgré les sanctions, certains continuent en effet à chasser le gibier, la seule viande qui soit à leur portée.

Une simulation grandeur nature programmée

Les autorités sanitaires assurent pouvoir acheminer et vérifier un échantillon suspect à l'institut Pasteur d'Abidjan en 72 heures. Jusqu'à présent, une quarantaine de cas ont été testés, tous négatifs. Mais de nombreux sceptiques contestent cette version officielle. Comme en écho, de plus en plus d'entreprises étrangères annulent les déplacements de leurs employés prévus dans la capitale économique ivoirienne.

Pour couper court aux rumeurs tous les acteurs concernés en cas d'épidémie se réuniront près de la frontière avec le Liberia la semaine prochaine, pour une simulation grandeur nature.