Boko Haram: le Cameroun réorganise à nouveau son dispositif militaire

Des militaires camerounais de la force d'intervention anti-Boko Haram, le 17 juillet dernier, dans le nord du Cameroun.
© AFP PHOTO / REINNIER KAZE

Le Cameroun a annoncé une réforme de son organisation militaire, portant notamment sur la création d’une nouvelle région militaire, dans l’extrême nord du pays. Une refonte entérinée par décrets présidentiels signés de la main de Paul Biya qui intervient au lendemain d’une nouvelle attaque attribuée à Boko Haram lors de laquelle trois soldats ont été blessés.

Le Cameroun a procédé dans la nuit de jeudi à vendredi à une nouvelle réorganisation de son dispositif militaire. Jusqu’à présent, le pays comptait trois régions militaires. Il en compte désormais une quatrième, dans l’extrême nord du pays, avec pour chef-lieu Maroua, où les effectifs avaient déjà été consolidés, en juin. L’objectif est de renforcer et d’autonomiser militairement cette région frontalière avec le Nigéria qui fait face depuis plusieurs mois aux attaques attribuées à la secte islamiste Boko Haram.

Objectif : mieux coordonner les opérations

La région militaire de l'Extrême Nord sera dotée d’un commandement autonome et d’une gendarmerie. Auparavant, elle faisait partie, avec l’Adamaoua et le Nord, d'une seule et même région militaire. Le général Hippolyte Ebaka en était aux commandes. Il cède ainsi sa place à deux colonels de l'armée nommés par intérim. Ces derniers, dont l’identité n’est pas encore connue, assureront le commandement de la troisième région militaire et de cette quatrième nouvellement créée.

Sur le terrain, ces changements devraient se traduire par un renforcement du nombre de soldats. Le chiffre n'a, pour l’instant, pas été communiqué. Par cette réorganisation, le Cameroun espère surtout mieux coordonner ses forces dans la lutte contre la secte islamiste Boko Haram.

Cette annonce intervient après que trois soldats aient été blessés dans une attaque menée jeudi dans un village frontalier du Nigéria, à 4 kilomètres de Banderi. Selon des sources proches des militaires, trois soldats ont été blessés au cours de l’attaque attribuée par les autorités à Boko Haram.