Mali: attaque meurtrière contre les forces burkinabè de l'ONU

Des membres de la Minusma lors du défilé du 14 juillet 2013 à Paris.
© AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

Les jihadistes sont toujours présents dans le nord du Mali. Pour preuve : ils ont organisé, ce samedi 16 août 2014, un attentat à la voiture piégée à environ 60 kilomètres de Tombouctou. Et le bilan s'est alourdi : on parle désormais de deux casques bleus burkinabè tués, en plus des deux kamikazes qui ont péri dans l'explosion. Il y aurait quatre blessés.

Un attentat à la voiture piégée est survenu ce samedi contre un petit camp de l'ONU à Ber, localité située à 60 kilomètres environ de la capitale régionale, Tombouctou. Au moins deux jihadistes étaient à bord du véhicule. Ils ont été tués sur le coup. Autres victimes après l'explosion : deux casques bleus tués et d'autres blessés, rapidement transférés vers une structure sanitaire par hélicoptère. Toutes les victimes du côté de l'ONU sont des militaires originaires du Burkina Faso.

Le contingent Burkina de la Minusma et les forces maliennes assurent l'essentiel de la sécurité de Tombouctou et de ses environs. Plusieurs témoins disent ne pas être surpris par l'attaque. Depuis quelques jours, il semble que des jihadistes avaient rôdé autour du camp de Ber. A 23 kilomètres de là, dans la nuit de jeudi à vendredi, plusieurs véhicules suspects avaient été aperçus. Ce samedi, après l'attaque, que ce soit à Ber ou à Tombouctou, les forces maliennes et onusiennes ont le doigt sur la gâchette. L'ennemi n'est peut-être toujours pas très loin.