Afrique du Sud: Zuma pris à partie par Julius Malema au Parlement

Le «Nkandlagate», du nom de la résidence secondaire de Jacob Zuma, refait surface. Ici, une vue de la maison.
© REUTERS/Rogan Ward/Files

Le Parlement sud-africain a dû être évacué hier, jeudi, par la police anti-émeute après une session houleuse. Le président de la République, Jacob Zuma a été pris a partie par le parti du turbulent Julius Malema au sujet du financement de sa résidence privée de Nkandla. Un vieux scandale : plus de 17 millions d’euros d’argent public ont été utilisés pour rénover la résidence du chef de l’État. Mais l’opposition ne lâche pas l’affaire.

Le scandale est ancien. Mais la polémique a été relancée en début d’année après un rapport de la médiatrice de la République concluant qu’il y avait eu abus et suggérant que le président rembourse une partie des fonds.

Hier, jeudi, c’est le turbulent Julius Malema, leader d’un tout nouveau parti d’opposition qui a pris le président Zuma à partie, lui demandant quand il comptait rembourser l’argent :

« M. le Président, nous posons cette question justement parce que nous estimons que vous n’y avez pas répondu. Tout d’abord vous n’avez pas répondu dans le temps qui vous était imparti par la médiatrice. Et ensuite, quand vous avez enfin répondu, vous nous avez dit que c’est au ministre de la Police de décider qui va payer. De notre point de vue, le rapport de la médiatrice supplante tout autre rapport. Et donc, la question que je demande aujourd’hui – et nous ne quitterons pas la salle avant d’avoir une réponse : quand est-ce que vous allez rembourser l’argent, comme vous l’a demandé la médiatrice ? »

Rires et brouhaha. Puis Julius Malema reprend : « Et arrêtez de vous cacher dernière un point de procédure. Vous êtes très bon à cela à chaque fois qu’un rapport est soulevé, vous invoquez un point de procédure ! Nous sommes ici pour poser des questions et nous voulons des réponses. S’il vous plaît ».

Le débat a finalement dégénéré et la salle a dû être évacuée, les partisans de Julius Malema scandant : « Où est l’argent ! Où est l’argent ! ».