Republier
RCA

Nouvel effondrement meurtrier d'une mine d'or en RCA

Des milliers de «miniers» centrafricains exploitent artisanalement la mine d'or de Ndassima, mettant parfois leur vie en danger (photo prise en mai 2014)
© REUTERS/Daniel Flynn

27 personnes sont mortes il y a deux jours dans l'effondrement d'une mine d'or à Ndassima, à 60 kilomètres de Bambari. Les « miniers », comme on les appelle, étaient venus creuser le sol en pleine nuit et ont été emportés par l'affaissement du terrain. Les rebelles de la Seleka contrôlent la zone et ce sont donc eux qui ont appris la nouvelle les premiers.

En 2013, la même mine d’or de Ndassima avait connu un drame identique, qui avait amené le président d'alors, le chef rebelle Michel Djotodia, à décréter un deuil national de trois jours. Alors, comment expliquer la répétition d'un tel accident ?

Pour le capitaine Ahmad Nedjad, porte-parole de l'état-major de la Seleka, ce sont les « miniers » qui sont en grande partie responsables. « Les gens ne respectent pas en quelque sorte les consignes des autorités sur place. Il y avait eu une instruction ferme ces derniers temps, qui disait que les "miniers" ne devaient pas travailler la nuit. Or ils sont partis la nuit, sans aviser les autres, et le drame s’est produit à 1h du matin. Ils étaient sur le chantier et soudain la terre s’est renversée sur eux. Au total, il y a 27 personnes qui ont trouvé la mort [deux corps n’ont toujours pas été retrouvés, NDLR]. Nous avons des éléments sur place, qui nous ont appelés. Ensemble, avec le préfet, nous sommes partis sur les lieux pour constater les faits. »

La mine d’or de Ndassima est la propriété d’une société canadienne, Axmin, qui a arrêté son exploitation en raison d’un trop grand nombre d’attaques par des hommes armés. Depuis, la mine est exploitée artisanalement par des milliers de « miniers », qui habitent dans les environs de la mine. Celle-ci devrait être fermée provisoirement, ont annoncé les autorités, en raison de la saison des pluies qui risque de provoquer de nouveaux éboulements.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.