Republier
Burundi

Burundi: des corps retrouvés dans le lac Rweru

Le nord-est du Burundi avec le lac Rweru à la frontière rwandaise.
© RFI

L'affaire fait la Une des journaux burundais depuis deux jours : des pêcheurs affirment avoir vu des dizaines de corps flotter sur le lac Rweru, au nord-est du Burundi, à la frontière avec le Rwanda. Ce sont des corps d'hommes de femmes et de jeunes, pour certains ligotés.

Des pêcheurs du lac Rweru affirment qu’ils auraient vu depuis début juillet entre six et quarante corps flottant sur les eaux de ce lac, situé dans le nord-est du Burundi. Selon plusieurs stations privées de Bujumbura, cette alerte n’a été donnée il y a une semaine.

Joint par RFI hier dimanche, le représentant des pêcheurs de la commune Giteranyi riveraine de ce lac, explique qu’il s’est rendu près de l’embouchure de la rivière Kagera en compagnie des militaires de la Marine burundaise. Ils ont alors découverts sur place deux corps, dont l’un encore enveloppé dans un gros sac de jute. « Nous ne pouvions malheureusement pas les ramener sur la terre ferme car ces corps étaient en état de décomposition avancée », explique le représentant des pêcheurs. Ils ont alors laissé dériver les corps au gré du courant tout comme les autres pêcheurs ont fait avec les corps qu’ils avaient découverts auparavant.

Les précédents du début des années 2010

Depuis l’affaire fait grand bruit au Burundi où chacun garde en mémoire les dizaines d’opposants tués dont les corps avaient été retrouvés dans la rivière Ruvubu dans l’est, et dans la rivière Rusizi dans l’ouest du pays, il y a à peine quelques années.

Mais cette fois, la gouverneure de Muyinga, Manirabarusha Carine, a juré à RFI que ces victimes n’étaient pas des ressortissants de sa province. Les pêcheurs, eux, affirment que ces corps seraient charriés par la rivière Kagera qui prend sa source dans le Rwanda voisin. Prudente, l’administration burundaise n’a pas voulu confirmer ou infirmer.

→ à (re)lire : Pour la justice burundaise, il n'y a pas eu d'exécutions extra-judiciaires depuis 2010