Procès Ntsourou au Congo: la défense boycotte la suite de la procédure

L'ancien numéro deux des services de sécurité, Marcel Ntsourou, le 2 juillet 2014.
© AFP PHOTO / GUY-GERVAIS KITINA

Nouveau rebondissement dans le procès contre Marcel Ntsourou, l'ancien numéro deux des services de sécurité jugé pour rébellion et atteinte à la sûreté de l'Etat : alors que tous les accusés ont été entendus, la défense a décidé de boycotter la suite du procès. Pour la partie civile, il s'agit d'un chantage.

Pour maître Hervé Malonga, avocat du colonel déchu, cette décision s'explique par l'absence de possibilité pour son client  de pouvoir se défendre des accusations dont il faisait l'objet, et du non respect des procédures. « Il y a eu des accusés qui ont chargé notre client. Nous voulons que ces accusés viennent à l'audience, pour que notre client s'explique sur ce qu'ils ont soutenu. »

Il n'y a pas eu de débat entre notre client Marcel Ntsourou et le général Boukaka, qui est venu dire un non-sens. Nous voulons que cette contradiction soit rapportée par la cour. Deuxièmement : il y a eu des accusés qui ont chargé notre client. Nous voulons que ces accusés viennent à l'audience, pour que notre client s'explique sur ce qu'ils ont soutenu.

Avocat de Marcel Ntsourou
25-08-2014 - Par Antoine Cavaillé-Roux

De son côté, Théophile Mbitisi, procureur général près la cour d'appel, partie prenante au procès, qualifie cet acte de chantage. Pour lui, le procès va se poursuivre: des avocats seront commis d'office aux autres accusés, qui seront conduits de force au cas où ils n'obtempèreraient pas.

Nous disons que ce chantage ne peut ébranler la sérénité de la juridiction du jugement et l'audience devra se poursuivre, et nous avons signifié que sommation devait être faite à ces accusés.

Procureur général près la cour d'appel
26-08-2014 - Par Loïcia Martial

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.