Ebola: les experts préconisent la réouverture des frontières

Les habitants d'une zone mise en quarantaine afin de limiter la propagation d'Ebola, à Monrovia (Sierra Leone), le 23 août 2014.
© REUTERS/2Tango

Fermer les frontières pour éviter la propagation ou les rouvrir pour permettre une réponse coordonnée à l'épidémie et permettre le passage des humanitaires ? C'est le dilemme qui se pose pour les experts et ministres de la Santé des pays de la Cédéao, réunis à Accra au Ghana hier, jeudi, pour parler d'Ebola. L'épidémie a fait 1 552 morts, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé.

Tous les discours des experts en santé comme des politiques ont été unanimes, jeudi à Accra, au Ghana, où étaient réunis les ministres de la Santé des pays de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) : les frontières doivent être ouvertes, mais avec un meilleur contrôle sanitaire des points de passage. Tous considèrent les fermetures de frontières décidées par le Sénégal, la Côte d'Ivoire et la Guinée-Bissau comme inutiles, et plutôt dommageables. Ils craignent une crise sociale et humanitaire : les ONG ne peuvent plus accéder aux pays contaminés, et leur matériel n'arrive plus. Les ministres de la Santé libérien et sierra-léonais n'ont d'ailleurs pas pu venir à Accra faute de vols commerciaux disponibles.

« Ne pas ostraciser » les pays contaminés

Le président ghanéen, président en exercice de la Cédéao, l'a répété : il faut des réponses coordonnées pour faire face à l'épidémie. « Ebola a stigmatisé nos pays. Nous n'avons pas d'autre choix que de combiner nos efforts et nos ressources pour le combattre », a-t-il déclaré. John Dramani Mahama dénonce l'isolement dans lequel les pays contaminés ont été mis par leurs voisins, estimant qu'il faut mettre en place des mesures de confinement qui « n'ostracisent pas » les pays contaminés. Mais il relève également les conséquences de ces mesures sur les pays non contaminés : « Des nations qui dépendent en grande partie du tourisme ont enregistré des annulations de visites alors même qu'il n'y a pas de cas déclaré sur leur sol », a indiqué le président de la Cédéao.

Conséquence des fermetures de frontières : certains endroits sont devenus inaccessibles aux agences de santé – une situation qui pourrait évoluer puisque les ministres réunis à Accra ont convenu de la mise en place de corridors humanitaires. Les experts ont également conseillé un suivi strict des malades et de leur entourage, ce qui apaisera les pays frontaliers non encore touchés par le virus.

Des mesures « contre-productives »

Reprendre les dessertes des pays vers les pays touchés. Un avis partagé par l'association Médecins sans frontières, qui dénonce également la mise en quarantaine de quartiers ou de régions entières :

« Les mesures de quarantaines (…), qui ont l’air de partir de bonnes intentions de santé publiques, sont contre-productives, assure Claire Magone, directrice communication de MSF France, actuellement en mission en Sierra Leone. Toutes ces mesures qui visent à isoler des communautés affectées des communautés non affectées, elles ont un sens dans les cas où l’épidémie est très localisée. Or là, elle est étendue. L’idée de pouvoir étanchéifier des frontières, c’est un peu une idée moyenâgeuse. Et enfin, selon elle, ces mesures ont aussi un effet contre-productif parce qu’elles inquiètent, parce qu’elles font peur. Parce que pour quelqu’un qui fait face à la terrible réalité du diagnostic de la maladie, savoir que vous allez être récompensé d’être allé vous faire notifier au centre de santé pour accepter de vous faire isoler, prendre en charge et que pendant ce temps, votre famille va être enfermée pendant 21 jours, c’est quand même plutôt une mesure décourageante qu’incitative ».

200 millions de dollars promis par la Banque africaine de développement

La Cédéao a besoin d'argent pour endiguer l'épidémie. Beaucoup de centres de santé au Liberia et en Sierra Leone ne peuvent plus accueillir de malades. Il faut recruter en urgence des personnels de santé et mettre en place des mesures de quarantaine dans certaines zones. Un fonds de solidarité avait été créé en juillet, mais seuls deux pays sur les quinze membres de la Cédéao y ont pour l’instant participé. La Banque africaine de développement a promis plus de 200 millions de dollars, que les agents sur le terrain attendent avec impatience.

À Accra, des représentants de plusieurs pays ont admis avoir pris conscience trop tard du danger. Un geste symbolique décidé à Accra pourrait être enfin une preuve de leur volonté d’agir : l'envoi d'équipes médicales de la sous-région en renfort dans les zones infectées.

►A ECOUTER : Edition spéciale Ebola entre 7h et 8h (5h et 6h TU) ce vendredi matin sur l'antenne de RFI

Edition spéciale épidémie Ebola du 29 août
29-08-2014 - Par RFI