Afrique du Sud: jour du verdict dans l’affaire Kayumba Nyamwasa

Le général en exil Kayumba Nyamwasa lors d'une audience au tribunal de Johannesburg, en juillet 2012
© AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN

En Afrique du Sud, quatre ans après la tentative d’assassinat contre le général et ancien chef d’état-major rwandais Kayumba Nyamwasa, la justice s’apprête enfin à rendre son verdict. Dans le box des accusés, six hommes. Hier, jeudi 28 août, le juge a commencé la lecture du jugement.

C’est devant une salle comble que le juge a commencé la lecture du jugement. Les chefs d’inculpation tout d’abord. Il y en a quatre : « tentatives de meurtre », « possession illégales d’armes à feu », « de munition » et « corruption » pour l’un des accusés.

Ensuite le juge a résumé l’affaire : la suite des événements, les témoignages des uns et des autres, les preuves apportées au dossier.

Six accusés

Dans le box des accusés, six hommes : trois Rwandais et trois Tanzaniens. Parmi eux, un homme d’affaires belgo-rwandais considéré comme l’organisateur de cette tentative et principal accusé, le chauffeur personnel du général Kayumba qui aurait facilité l’accès du domicile de celui-ci et le tireur qui a été identifié par le général au moment de la fusillade devant son domicile.

Et trois autres hommes qui sont des intermédiaires. Tous ont plaidé non coupable et sont restés debout tout au long de la lecture faite par le juge, le visage fermé.

Les vrais coupables absents

Dans la salle, le général Kayumba Nyamwasa, qui n’a pas raté une seule audience depuis le début du procès et des membres du Congrès national rwandais, parti d’opposition auquel il appartient, a écouté le début du jugement. Mais pour l’ancien chef d’état-major, les vrais coupables ne sont pas dans la salle, ils se trouvent à Kigali.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.