Burundi: Pierre Claver Mbonimpa hospitalisé

Pierre Claver Mbonimpa, président de l'ONG burundaise Aprodh.
© Martin Ennals Award / Capture d'écran

La société civile et les organisations internationales tirent la sonnette d’alarme sur son état de santé, sans être entendues jusqu'à présent : la principale figure du combat pour les droits de l’homme au Burundi, Pierre Claver Mbonimpa, est gravement malade. Agé de 66 ans, il a été admis, vendredi 29 août 2014, dans un hôpital de Bujumbura.

Le défenseur historique des droits de l'homme au Burundi est au plus mal. Pierre Claver Mbonimpa a été admis, vendredi en début d'après-midi, dans une clinique réputée de Bujumbura. Selon des témoignages recueillis auprès de ses codétenus de la prison centrale de Mpimba, sa santé s'est brusquement dégradée depuis une semaine. « Il n'avalait plus rien », expliquent-ils.

Cette figure de la société civile burundaise a été arrêtée le 15 juin dernier, puis écrouée à Mpimba. Il est notamment accusé d'« atteinte à la sureté intérieure et extérieure de l'Etat. » Il avait dénoncé les entraînements paramilitaires que suivraient dans l'est de la République démocratique du Congo des membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir au Burundi, le CNDD-FDD.

Agé de 66 ans et atteint d'une maladie chronique, le diabète, Pierre Claver Mbonimpa remplissait les critères pour une libération conditionnelle fixés par le ministre de la Justice, mais les autorités burundaises l'ont maintenu en prison malgré les appels venus de toutes parts.

Lorsqu'il a été transféré dans cette clinique de Bujumbura, Mbonimpa ne pouvait plus tenir debout et ne parlait plus. L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch se dit très préoccupée par son état de santé, et demande une fois encore sa libération immédiate et inconditionnelle.

Je suis allée lui rendre visite en prison il y a quelques jours. Je l'ai trouvé physiquement affaibli, fragile, malade.

Carina Tersakian
30-08-2014 - Par Sonia Rolley

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.