Ebola au Sénégal: l'itinéraire du malade guinéen se précise

La ministre sénégalaise de la Santé Awa Marie Coll Seck a tenu une conférence de presse à Dakar, le 29 août 2014, pour annoncer le premier cas d'Ebola au Sénégal.
© AFP PHOTO / SEYLLOU

Le Sénégal vient d'annoncer un premier cas confirmé sur son territoire, à Dakar. Il s'agit, selon le ministère de la Santé, d'un cas « importé » de la Guinée-Conakry voisine. L'étudiant porteur du virus est actuellement placé en quarantaine au centre hospitalier de Fann à Dakar. On ne connaît pas l'identité du jeune homme mais on commence à comprendre son itinéraire.

Selon les autorités guinéennes, le jeune malade, étudiant dans une université de Conakry, est originaire de Forécariah, à la frontière avec la Sierra Leone. C'est un ami, porteur d'Ebola, qui l'aurait contaminé, comme l’explique le colonel Remy Lamah, ministre guinéen de la Santé : « Il a eu un lien épidémiologique avec un jeune étudiant qui est venu de la Sierra Leone à Forécariah et qui est décédé juste après ».

Dès l'annonce de ce nouveau cas de mort par Ebola, les autorités sanitaires de Guinée s’étaient rendues sur place pour sécuriser l'enterrement et répertorier les connaissances du défunt. Parmi eux, un jeune étudiant dont on a perdu la trace. « La famille a décliné l’identité d’un des contacts qui n’était malheureusement pas sur les lieux, indique le colonel Rémy Lamah. Elle a donné son numéro de téléphone. Nos équipes ont tout fait pour le joindre, mais le numéro ne passait pas. La famille nous a laissé croire qu’il était en déplacement et qu’elle ne savait pas où il allait. On n’était pas censé savoir qu’il allait du côté du Sénégal ».

Selon la ministre sénégalaise de la Santé, Awa Marie Coll Seck, il est arrivé il y a trois semaines dans le pays. Le jeune homme, souffrant, se serait rendu dans un dispensaire en banlieue de Dakar, mais devant la dégradation de son état de santé, le jeune étudiant se serait présenté en consultation le mardi 26 août à la clinique des maladies infectieuses du centre hospitalier national de Fann, « dans un tableau infectieux, sans hémorragie, mais dissimulant l’information selon laquelle il a eu des contacts en Guinée avec des proches victimes de la maladie ».

Le jeune homme avait caché avoir été en contact avec la maladie

La ministre assure que le patient – dont elle a tenu à garder l'identité et le quartier de résidence secrets – a été aussitôt mis en quarantaine, pris en charge et soumis à des prélèvements. Les résultats des tests effectués à l’institut Pasteur de Dakar se sont avérés positifs. Depuis, l'état du jeune homme se serait amélioré.

« Le dispositif a été renforcé pour éviter la dissémination de la maladie à partir de ce cas importé, a souligné la ministre de la Santé lors d'une conférence de presse. Des équipes ont été mobilisées pour retracer l’itinéraire de ce patient, afin de localiser toutes les personnes qui ont été contact avec lui. »

Le jeune homme, qui avait initialement caché avoir été en contact avec des proches infectés, se montrerait désormais plus coopératif : « Maintenant qu’il est diagnostiqué et pris en charge, il est beaucoup plus coopératif et nous apporte toutes les informations nécessaires », a précisé Awa Marie Coll Seck.

Il y a une semaine seulement, le Sénégal avait décidé de fermer ses frontières maritimes, terrestres et aériennes avec les pays touchés par l’épidémie. Les autorités ont par ailleurs annoncé que de nouveaux de kits de protection seraient distribués aux agents des structures de santé.