Côte d'Ivoire: le siège du FPI, parti de Laurent Gbagbo, mis à sac

Le siège du FPI à Abidjan, après le saccage de lundi 1er septembre 2014.
© AFP PHOTO / SIA KAMBOU

A Abidjan, le siège du Front populaire ivoirien (FPI), parti politique de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, a été saccagé ce lundi 1er septembre par une vingtaine de jeunes. Deux personnes ont été blessées légèrement, selon le porte-parole du mouvement Franck Anderson Kouassi, joint par RFI. Les dégâts sont importants ; plusieurs bureaux ont été mis à sac. Le FPI a porté plainte et une enquête a été ouverte. Pour l'heure, aucune piste n'est exclue, précise le porte-parole, y compris la piste d'un règlement de compte interne au FPI, très divisé ces temps-ci.

Franck Anderson Kouassi sur l'antenne de RFI :

« Aujourd'hui (lundi, NDLR), autour de 11h30-midi, un groupe de jeunes gens, une vingtaine environ, à bord de deux minicars, ont fait irruption dans nos locaux. Et sans aucune forme de procès, ils se sont attaqués au personnel qui était sur place. Ils ont commencé à saccager, ils ont visité tous les bureaux. Vraiment, ils ont mis tout sens dessus dessous, ont emporté du matériel informatique, ont déchiré des dossiers et ont agressé physiquement une partie du personnel qui était là. On a eu deux personnes blessées légèrement, Dieu merci ! Un des substituts du procureur s'est déporté sur les lieux, accompagné d'un commissaire et des éléments de la police scientifique et d'une partie des éléments de l'Onuci (l'opération de maintien de la paix de l'ONU en Côte d'Ivoire, NDLR). Une enquête est ouverte, le parti a porté plainte contre X. Il n'y avait aucune menace dans l'air, c'est pour ça que nous sommes étonnés. »

Franck Anderson Kouassi, porte-parole du FPI: «Aucune piste n'est exclue»
02-09-2014 - Par Marie-Pierre Olphand