Les États-Unis déplacent leur base de lancement de drones à Agadez

Un drone américain Predator MQ-1, le 6 février 2013
© Effrain Lopez/Handout

Les États-Unis vont déplacer leur base de lancement de drones de Niamey vers Agadez, dans le nord du Niger. L’objectif est de travailler à la surveillance des frontières, dans la zone Niger-Mali-Libye, en bonne intelligence avec les forces françaises.

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

Le Pentagone est discret sur le sujet. Des interlocuteurs proches du dossier confirment toutefois les préparatifs d’installation d’une base américaine de lancement de drones dans la localité d’Agadez. Aujourd’hui, 120 militaires américains sont stationnés à Niamey, et des avions sans pilote opèrent à partir de la capitale.

Agadez, au Nord, est bien mieux située, dans la mesure où l’objectif est de surveiller la zone considérée comme la plus accueillante pour les groupes mafieux et terroristes, et donc la plus dangereuse pour les États, à savoir la frontière Niger-Mali-Libye, un pays très instable depuis des mois.

Dans un entretien accordé à RFI le mois dernier, le chef de l’État nigérien Mahamadou Issoufou demandait aux pays responsables de l’intervention militaire qui a conduit à la situation actuelle en Libye d’assurer « le service après-vente ». C’est peut-être l’une des motivations des Américains qui investissent dans cette base de drones de surveillance à Agadez. L’accord du Niger a semble-t-il été donné par le président Issoufou lui-même, lors de sa venue début août à l’occasion du Sommet États-Unis-Afrique.