Un sénateur nigérian affirme que Boko Haram contrôle Bama

Des décombres d'habitations dans la ville de Bama, au nord-est du Nigeria, après une attaque de Boko Haram en février 2014.
© AFP PHOTO / STRINGER

La ville de Bama, qui compte 250 000 habitants, au nord-est du Nigeria, serait sous le contrôle de Boko Haram. L’information est rapportée par le sénateur de l’Etat de Borno, Ahmed Zana, joint par RFI. Le Nigeria accueille ce mercredi une réunion internationale sur la sécurité et la lutte contre Boko Haram, qui a mené une série d'attaques fulgurantes ces dernières semaines.

L'armée nigériane refuse de l’admettre, mais le sénateur Ahmed Zana est catégorique : la deuxième ville de l'Etat de Borno, Bama, qui fait partie de sa circonscription, est bien sous le contrôle des insurgés. « Bama est toujours contrôlée par Boko Haram, et les insurgés continuent d'abattre des civils en nombre. Tous les jeunes sont pris en chasse. Les insurgés autorisent les femmes à fuir si elles le souhaitent, mais tous les hommes qui restent sont pris en chasse, et tués. Personne n'a le temps ni le courage de rester et de compter les morts, mais ceux qui ont pu fuir me disent que le bilan humain est très lourd », détaille le sénateur.

Prise sans résistance

« Il n'y a eu aucune résistance de la part de l'armée nigériane, et il n'y a aucun plan de reconquête. Ceux qui disent le contraire mentent, alors qu'on ne doit pas mentir quand des vies sont en jeu », ajoute encore Ahmed Zana. Les combattants de Boko Haram contrôlaient déjà le secteur de Gwoza, plus au sud, et menacent désormais Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno.

Maiduguri est située à soixante-quinze kilomètres de Bama. Le sénateur redoute que le bilan humain y soit très élevé : « Il y avait mille militaires en poste à Bama lorsque Boko Haram a attaqué la ville, et il n'a fallu que cinq heures aux insurgés pour prendre le dessus. À moins d'y envoyer d'importants renforts, il sera très difficile de défendre Maiduguri. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.