La rue burundaise sensible au sort de Pierre Claver Mbonimpa

La rue burundaise s'inquiète du sort de Pierre Claver Mbonimpa, défenseur des droits de l'homme.
© Esdras Ndikumana / AFP

Au Burundi, le plus célèbre défenseur des droits de l'homme du pays est en détention préventive depuis le mois de mai 2014 pour avoir dénoncé des entraînements militaires que suivraient des jeunes du parti au pouvoir dans l'est de la RDC. Très âgé et malade, Pierre Claver Mbonimpa est aujourd'hui dans un état critique. Une situation qui provoque une vive inquiétude au Burundi.

Midi, heure de pointe à Bujumbura. Des centaines de personnes se croisent près de l’ancien marché central en plein centre-ville, mais dès qu’on pose une question sur Pierre Claver Mbonimpa, les gens s’arrêtent net pour dire leur inquiétude : « Bien sûr que nous sommes très inquiets, car il a été arrêté injustement, lui, un innocent. On voit bien qu’ils lui veulent du mal », explique un homme.

Ses proches assurent que le plus célèbre défenseur des droits de l’homme au Burundi est au plus mal, certains rassurent comme ils peuvent : « Il ne va rien lui arriver, car Dieu ne laissera pas faire. Il a fait beaucoup de bien, c’est le plus grand sage de ce pays », confie un Burundais.

« Une honte »

Car Mbonimpa est un monument dans ce pays et tous, du moins ceux qui acceptent de témoigner dans la rue, considèrent qu’il a été arrêté injustement  : « Mbonimpa a été puni injustement parce qu’il a demandé des missions d’enquête sur les jeunes armés des Imbonerakure », déclare un passant alors qu’à ses côtés, une femme s’insurge : « C’est au-delà de la honte. On le garde en prison en violant la loi. »

Ils en appellent donc directement au chef de l’Etat burundais Pierre Nkurunziza : « On demande au père de la Nation de le faire libérer, car cela nuit à l’image du Burundi. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.