Somalie: le chef des shebabs abattu par l'armée américaine

Un rebelle somalien shebab, lié à Al-Qaïda.
© REUTERS

Le chef des islamistes somaliens shebab Ahmed Abdi «Godane» a été tué au cours d'une frappe aérienne de l'armée américaine lundi, ont annoncé vendredi les Etats-Unis. La mort de Godane «est une perte majeure du point de vue symbolique et opérationnel pour la plus importante des entités affiliées à al-Qaïda», a souligné la Maison Blanche dans un communiqué. Le Pentagone a également confirmé sa mort.

L' opération a eu lieu lundi à 15h20, soit 17h20 heure française. Mais comme toute opération militaire, on ne l'apprend que plusieurs jours après. Les hauts responsables shebabs étaient alors dans une réunion, en présence de leur chef Ahmed Abdi Godane. Des missiles Hellfire et des armes à guidage laser, c'est ce lourd arsenal qui a permis aux forces spéciales américaines de détruire un campement et un véhicule situé au sud de Mogadiscio, la capitale somalienne.

Le Pentagone a souligné qu' aucun soldat américain au sol n'avait été impliqué dans l'opération. Enfin, pour Washington, la mort du chef islamiste somalien constitue « l'aboutissement d'années de labeur des services de renseignement, de l'armée et des forces de maintien de l'ordre ».

A 37 ans, Godane était l'un des fondateurs du mouvement islamiste des shebabs en Somalie. Sa tête avait été mise à prix pour sept millions de dollars, il était l'une des dix personnalités les plus recherchées par les Etats-Unis, pour terrorisme. Fuyant les caméras, il était, au sein des insurgés, l'un des partisans les plus radicaux du « jihad mondial », contre les partisans d'une idéologie « nationaliste » somalienne.